Cet article date de plus de huit ans.

14 juillet : François Hollande parlera depuis l'Elysée, malgré sa promesse

Pendant la campagne, il s'était pourtant engagé à ne pas recevoir les journalistes au palais présidentiel.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
François Hollande, le 8 juillet 2013 aux Invalides, pour les obsèques de l'athlète français Alain Mimoun. (PHILIPPE WOJAZER / AFP)

L'Elysée a annoncé, mercredi 10 juillet, que François Hollande accordera dimanche, à 13 heures, après le défilé militaire, un entretien télévisé d'une trentaine de minutes à France 2 et TF1. L'interview se fera en direct depuis le palais de l'Elysée. Un détail ? Pas vraiment. Francetv info revient sur ce point de communication qui rompt un engagement du président.

La promesse du candidat Hollande

Pendant la campagne présidentielle 2012, François Hollande s'engage à ne pas recevoir les journalistes à l'Elysée, en dehors des conférences de presse. Il le réaffirme même lors de l'entre-deux tours. "Vous vous rappellerez à ma promesse si, d'aventure, je l'oubliais en chemin. (…) Vous ne serez pas obligés de venir à l'Elysée. Parce que je considère qu'il n'y a pas de raison qu'il y ait un domicile pour accueillir des journalistes", déclare-t-il lors d'une conférence de presse.

Le président de l'an I, à l'Hôtel de la Marine

Fidèle à son engagement, le chef de l'Etat accorde une interview le 14 juillet 2012 depuis les salons de l'Hôtel de la Marine, place de la Concorde, à Paris. Il justifie son choix pour garantir "la plus grande liberté et la plus grande indépendance" à son entretien.

Il y commente notamment le tweet de sa compagne, Valérie Trierweiler en faveur d'Olivier Falorni, rival de Ségolène Royal en pleine campagne législatives, et les propos peu amènes de son fils Thomas : "Les affaires privées se règlent en privé. Et je l'ai dit à mes proches pour qu'ils acceptent scrupuleusement ce principe".

Le président de l'an II, de retour à l'Elysée

L'entourage du chef de l'Etat explique aujourd'hui ce retour à l'Elysée parce qu'il s'agit du "lieu du pouvoir et du lieu de la décision". La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, voit l'Elysée comme une "maison du peuple", arguant de la "date symbolique" du 14 juillet "qui nécessite le respect d'une forme de solennité". Elle souligne aussi qu'un "équilibre" est respecté depuis le début du quinquennat entre des prises de parole au palais présidentiel et sur les plateaux de télévision.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.