Cet article date de plus de dix ans.

François Hollande réplique à Nicolas Sarkozy dans Marianne

Le candidat du PS a choisi l'hebdomadaire Marianne pour répliquer à l'entretien de Nicolas Sarkozy sur "les valeurs" dans le Figaro Magazine. "Il choisit les valeurs parce que son bilan ne vaut rien", estime François Hollande.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
François Hollande (THIERRY ZOCCOLAN / AFP)

Le candidat du PS a choisi l'hebdomadaire Marianne pour répliquer à l'entretien de Nicolas Sarkozy sur "les valeurs" dans le Figaro Magazine. "Il choisit les valeurs parce que son bilan ne vaut rien", estime François Hollande.

Pas de révélation dans l'entretien accordé par François Hollande à Marianne, si l'on en croit les extraits mis en ligne sur le site internet de l'hebdomadaire. Mais quelques affirmations réassénées notamment sur le bilan du chef de l'Etat.

"Il choisit les valeurs parce que son bilan ne vaut rien ! S'il était confiant dans les résultats de sa politique, il n'aurait pas besoin de stigmatiser le chômeur, de menacer l'étranger, de diviser les Français ou d'inventer une procédure référendaire à la veille d'une élection !", déclare -t-il au journal.

Rassurer sur le quotient familial

Sur le quotient familial, le candidat socialiste à la présidentielle affirme que « Toutes les familles au-dessous de six fois le Smic conserveront le bénéfice du quotient familial ».

La droite avait attisé début 2012 les craintes sur le quotient familial, que le candidat du PS entend réformer. François Hollande avait alors dit clairement qu'il ne souhaitait pas le supprimer, mais le "moduler".

Plutôt démocratie représentative que référendum

A propos du référendum, le député de Corrèze qu'il faut "respecter la démocratie représentative".

Le "traité de 2005 sur le traité constitutionnel (européen) a divisé profondément" les Français, rappelle l'ancien Premier secrétaire du PS qui fut favorable au oui...Contrairement aux socialistes Laurent Fabius et Jean-Luc Mélenchon (encore au PS), qui firent campagne pour le non.

Enfin, trois réformes de Nicolas Sarkozy trouve grâce à ses yeux : la défense nationale (façon de confirmer qu'il ne se désengagera pas du commandement intégré de l'Otan), l'autonomie des universités et la sécurité routière.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.