VIDEO. "Que l'argent public aille à Penelope Fillon ou à Mme Dupont, c'est la même somme", lance une conseillère de François Fillon

Virginie Calmes, adjointe (LR) au maire de Bordeaux, était l'invitée de France inter, mardi.

FRANCEINTER

Les sommes perçues par Penelope Fillon en tant qu'attachée parlementaire de son mari ont beau choquer dans l'opinion, les comptes publics ne se portent pas plus mal à cause de l'affaire. C'est la curieuse défense adoptée, mardi 14 février, sur France inter par Virginie Calmels, conseillère de François Fillon au sein du "pôle société civile" de sa campagne.

Interrogée par Alexandra Bensaïd, l'adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux, désormais soutien de François Fillon, est revenue sur l'impact de l'affaire des emplois présumés fictifs sur la campagne de son candidat. "Bien évidemment que les deux dernières semaines ont été compliquées pour faire campagne. Il y avait un besoin d'explications, de revenir sur cette affaire, et notamment sur ce que cela a coûté au contribuable", a-t-elle commencé.

Je note d'ailleurs que, si les sommes qui ont été mises sur la table ont pu choquer, ce n'est pas plus d'argent public qui a été dépensé : que ça aille à Mme Fillon ou à Mme Dupont, c'est la même somme.

Virginie Calmels

sur France inter

Quatre fois le salaire moyen d'un collaborateur parlementaire

La soutien de François Fillon n'a pas tort sur le fond, car les députés disposent d'une enveloppe mensuelle de 9 561 euros permettant de rémunérer jusqu'à cinq collaborateurs. Mais elle omet de mentionner deux points qui ont suscité une crispation dans l'opinion.

Le niveau de rémunération, d'abord : selon Nicolas Thibault, président de l'Association française des collaborateurs parlementaires (AFCP), interrogé par le Figaro, les attachés parlementaires gagnent, en moyenne 1 500 euros nets par mois à l'Assemblée nationale. Lorsque Penelope Fillon était l'assistante du suppléant de son mari, Marc Joulaud, elle touchait, en moyenne, 6 009 euros nets par mois, selon le site du candidat.

L'autre point qui suscite la polémique dans cette affaire est la réalité du travail fourni par la femme du candidat de la droite. Les enquêteurs mandatés par le parquet national financier cherchent depuis la fin du mois de janvier à déterminer si Penelope Fillon effectuait bien un travail réel justifiant sa rémunération.

Virginie Calmels, conseillère au sein du \"pôle société civile\" de la campagne de François Fillon, le 25 janvier 2016 lors d\'une visite du candidat à Bordeaux (Gironde).
Virginie Calmels, conseillère au sein du "pôle société civile" de la campagne de François Fillon, le 25 janvier 2016 lors d'une visite du candidat à Bordeaux (Gironde). (MAXPPP)