VIDEO. Non, les politiques ne sont pas "tous pourris". La preuve en trois exemples

Cette campagne présidentielle est marquée par les affaires. Il existe pourtant des bonnes raisons de croire dans la politique.

Soupçons, affaires, mises en examen... Autant de termes qui rythment la campagne présidentielle en cette année 2017. Pour autant, faut-il en conclure que les politiques sont "tous pourris", comme le veut la rhétorique populiste ? Non, car certains dirigeants s'acquittent noblement de leur mandat électif : Brut a sélectionné trois exemples (parmi d'autres).

C’est le cas de Roger Burtin, maire Les Républicains de la petite commune rurale de Mary (Saône-et-Loire), rencontré par France 3 Bourgogne début mars. Afin de lutter contre la désertification des commerces dans sa commune, il a décidé de transformer sa mairie en boulangerie trois jours par semaine. Autre exemple cité par Brut, celui de la députée PS Catherine Lemorton, qui s’en prend régulièrement aux lobbies, ou du député divers gauche René Dosière, qui lutte depuis une dizaine d’années pour un bon usage des finances publiques.

René Dosière, député apparenté PS de l\'Aisne et spécialiste des dépenses de l\'Etat.
René Dosière, député apparenté PS de l'Aisne et spécialiste des dépenses de l'Etat. (OLIVIER CORSAN / MAXPPP)