Cet article date de plus de douze ans.

Fillon : le débat à l'UMP aura lieu après les législatives

Invité du 20 heures de France 2, l'ancien Premier ministre a assuré que le débat sur la ligne politique du parti aurait lieu après les échéances de juin.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
L'ancien Premier ministre François Fillon sur le plateau du JT de 20 heures de France 2, le 30 mai 2012 (capture d'écran). (FRANCE 2 / FTVI)

La "guerre des chefs" à l'UMP aura lieu, mais après les législatives. L'ancien Premier ministre François Fillon, rival de Jean-François Copé pour la direction de l'UMP, a affirmé mercredi 30 mai sur France 2 que le débat à propos de la ligne politique du parti se déroulerait après les échéances électorales de juin.

Interrogé à propos des remous suscités à l'UMP par l'interview publiée la semaine précédente dans laquelle il déclarait qu'il n'y avait "plus de leader naturel" à l'UMP "depuis le départ de Nicolas Sarkozy", François Fillon a estimé qu'il y avait eu "des commentaires très excessifs sur tout cela". "Nicolas Sarkozy manque à la droite républicaine, c'était lui le patron de l'UMP, l'inspirateur de la droite depuis maintenant près de dix ans. Il laisse un vide que personne ne peut prétendre combler", a-t-il ajouté.

Commentant la création d'une association des amis de Nicolas Sarkozy, François Fillon a lancé : "A l'UMP, on est tous des amis de Nicolas Sarkozy." Il a salué l'action de Jean-François Copé à la tête du parti. "Il y a un secrétaire général de l'UMP qui fait bien son travail", a-t-il dit en jouant ainsi l'apaisement vis-à-vis de son rival. "Il est entouré dans cette campagne législative par plusieurs responsables politiques dont Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et moi-même. On essaye de conduire ensemble cette campagne législative."

"Choisir une ligne politique et des équipes"

Sans se déclarer candidat à la tête de l'UMP, il a prévenu : "Tout le monde sait qu'après il y aura un débat pour choisir une ligne politique, des équipes. Ce débat est inscrit dans nos statuts et personne ne peut imaginer que moi-même et d'autres, comme Alain Juppé et d'autres responsables, ne prendront pas leur part à ce débat, mais on en parlera après les élections législatives."

L'ancien Premier ministre a affirmé qu'il n'y avait pas de différence de ligne politique entre lui et Jean-François Copé pour les législatives. "Il y aura un débat pour la suite, pour savoir comment, en fonction du résultat des législatives, suivant qu'on a la majorité, ce que j'espère, on peut mettre en œuvre une politique de réduction des déficits et de compétitivité pour l'économie française. Nous nous sommes également engagés à inscrire le débat sur la règle d'or, à maintenir la défiscalisation des heures supplémentaires, à mettre en place un nouveau système de formation professionnelle", a-t-il rappelé. Ajoutant en guise de conclusion : "Ce débat aura lieu, j'en suis certain, d'une façon très démocratique, parce que la vie démocratique concerne les institutions mais aussi le fonctionnement des partis."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.