Cet article date de plus de dix ans.

François Fillon réfute toute "droitisation de la majorité"

Dans une interview au Monde datée de demain, le Premier ministre défend Nicolas Sarkozy sur ses propositions de référendums sur l’immigration et le chômage. Il prend en revanche ses distances avec les propos tenus par Claude Guéant sur les "civilisations qui ne se valent pas".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Pas de "droitisation " à l’UMP. C’est ce qu’affirme
François Fillon qui apporte son plein soutien à  Nicolas Sarkozy  sur ses récentes propositions de référendums sur les chômeurs et le droit applicable aux étrangers. S’agissant notamment de la
politique de lutte contre l'immigration illégale, le Premier ministre juge en
effet "ingérable " la situation actuelle, où "plusieurs juges,
administratifs et judiciaires
", interviennent sur un même dossier. "Depuis
2007, le président de la République a dit qu'il faudrait une juridiction
unique. Mais il faut pour cela une modification de la constitution
", une
démarche "quasi-impossible " depuis le basculement du Sénat à gauche,
argumente-t-il pour justifier le recours au référendum.

Pour la première fois publiquement, François
Fillon réagit également aux propos tenus la semaine dernière par Claude Guéant
qui, en déclarant que "toutes les civilisations ne se valent pas ", a déclenché un tollé dans les rangs de l’opposition et
jeté le malaise dans ceux de la majorité. Le Premier ministre convient qu’à la
place du ministre de l’Intérieur, il n'aurait "sans doute pas" parlé d'inégalité
entre les civilisations. "Mais on peut prendre les propos de
Claude Guéant et en débattre sans jeter des anathèmes
", poursuit-il.

S’agissant enfin de l’élection
présidentielle, à dix semaines du premier tour, François Fillon se garde de
tout pronostic. "Rien n'est joué ", déclare le Premier ministre, qui
estime que  "tout (...) se jouera
dans les trois dernières semaines
".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.