Cet article date de plus de dix ans.

François Fillon a critiqué les mesures annoncées par Jean-Marc Ayrault

L’ancien Premier ministre François Fillon a affirmé mardi 4 juillet sur Canal + qu’on avait assisté "à l'annonce d'une catastrophe économique et sociale". Il réagissait à la déclaration de politique générale de son successeur Jean-Marc Ayrault.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
François Fillon (AFP)

L'ancien Premier ministre François Fillon a affirmé mardi 4 juillet sur Canal + qu'on avait assisté "à l'annonce d'une catastrophe économique et sociale". Il réagissait à la déclaration de politique générale de son successeur Jean-Marc Ayrault.

Invité sur le plateau du Grand Journal de Canal + mardi, l'ancien Premier ministre s'est montré très critique à l'égard de la prestation de son successeur, Jean-Marc Ayrault, qui s'est prêté peu de temps avant à l'exercice de déclaration de politique générale à l'Assemblée nationale.

"On a assisté en direct cet après-midi à l'annonce d'une catastrophe économique et sociale à venir", a-t-il déclaré.

"On est en France et en Europe dans une situation économique déjà extrêmement fragile, on est sur une pente glissante et c'est le moment que le gouvernement choisit pour, grosso modo, ne pas baisser la dépense publique", a ajouté le député de Paris.

Baisse de l'activité économique ?

Jean-Marc Ayrault a annoncé "en particulier que le nombre de fonctionnaires ne baissera pas", une "hausse du coup du travail dans un pays qui a déjà un record et qui a en gros 10% de coût du travail supplémentaire par rapport à l'Allemagne" ainsi qu'un "matraquage fiscal sur les entreprises", a-t-il ajouté.

"Ces trois mesures-là, si elles sont mises en oeuvre, je le dis sans plaisir, avec gravité, conduisent à une diminution de l'activité économique immanquablement", a insisté l'ancien Premier ministre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.