Force ouvrière : la fronde contre Jean-Claude Mailly

Benjamin Delombre se trouve en direct du siège de Force ouvrière. Ce samedi 30 septembre, le secrétaire général Jean-Claude Mailly a voulu faire taire les rumeurs : il ne démissionnera pas.

FRANCE 3

De nombreux militants de Force ouvrière reprochent à Jean-Claude Mailly de ne pas s'engager suffisamment contre la réforme du Code du travail. "Cela faisait plusieurs semaines que l'autorité de Jean-Claude Mailly était remise en cause. La crise a fini par éclater hier lors de ce que l'on appelle le parlement de Force ouvrière. À la volonté de négocier avec le gouvernement de Jean-Claude Mailly, 123 des 143 cadres du mouvement ont répondu 'non', 20 se sont abstenus", relate Benjamin Delombre.

Manifester aux côtés des autres syndicats

La position du patron de Force ouvrière n'a recueilli aucun vote lors de la dernière délibération. "Se pose forcément la question de son devenir. Depuis hier soir, certains parlaient d'un départ pour ce week-end voire lundi. Mais ce matin Jean-Claude Mailly l'a assuré : il ne démissionnera pas. Il n'en reste pas moins dos au mur. Il devrait accepter ce qu'il a toujours refusé depuis le début des ordonnances Macron, c'est-à-dire manifester aux côtés des autres syndicats", explique le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le secrétaire général de Force ouvrière (FO), Jean-Claude Mailly, le 25 juillet 2017 à Paris. 
Le secrétaire général de Force ouvrière (FO), Jean-Claude Mailly, le 25 juillet 2017 à Paris.  (BERTRAND GUAY / AFP)