Cet article date de plus de neuf ans.

Face à François Fillon, Rachida Dati affirme son "devoir de résistance"

La maire UMP du VIIe arrondissement de Paris Rachida Dati évoque son "devoir de résistance" face "à l'ambition solitaire des puissants" à propos de la "faute triste" que représente à ses yeux la candidature Fillon dans sa circonscription parisienne.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Rachida Dati et François Fillon en 2009 (PHILIPPE MERLE / AFP)

La maire UMP du VIIe arrondissement de Paris Rachida Dati évoque son "devoir de résistance" face "à l'ambition solitaire des puissants" à propos de la "faute triste" que représente à ses yeux la candidature Fillon dans sa circonscription parisienne.

"Votre arrivée n'est finalement pas une bonne nouvelle. C'est une faute, une faute triste", écrit Rachida Dati, la maire du VIIe et ancienne ministre de la justice, dans une publiée par "Le Monde" daté 13 décembre adressée à François Fillon, qui a décidé de se présenter aux législatives de 2012 à Paris, dans la circonscription qui recouvre l'arrondissement dont Mme Dati est maire.

Dans ce texte, la maire et députée européenne affirme que la candidature du premier ministre, élu de la Sarthe depuis 1981, jusqu'à sa nomination à Matignon, "est le retour d'une manière de faire de la politique, celle qui soumet les règles et les usages aux pressions de l'ambition solitaire des puissants, celle des appareils politiciens ; une manière de faire de la politique qui n'a jamais favorisé la promotion des femmes et qui empêche à chaque élection l'émergence de la diversité".

"Vous m'avez placée, vous-même, face à mon devoir de résistance. Vous êtes le seul à posséder la solution au problème que vous avez créé. Au nom de notre famille politique, au nom des valeurs dont vous vous réclamez, je vous le demande solennellement, refusez la facilité, car Paris et les Parisiens aiment le courage", ajoute la maire de cet arrondissement qui a toujours voté à droite.

Dans sa lettre, Mme Dati fait le parallèle entre le parachutage de M. FIllon et celui de Cécile Duflot: "C'est la manière de Cécile Duflot, secrétaire générale d'Europe Ecologie-Les Verts, qui veut prendre la place de la seule femme députée de Paris qui n'est pas une cumularde et qui est présente dans les rues du 11e arrondissement tous les jours depuis des décennies, contrairement à la plupart des élus socialistes de Paris".

Au delà des législatives de 2012, la bataille sur cette circonscription -qui regroupe les arrondissements les plus chers de la capitale - annonce celle des municipales de 2014 pour la mairie de Paris.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.