Cet article date de plus d'onze ans.

Et maintenant, que va faire Nicolas Sarkozy ?

A plusieurs reprises pendant la campagne électorale, que ce soit publiquement ou en off, le président-candidat avait annoncé qu’il quitterait la vie politique en cas d’échec. Hier soir, il a simplement indiqué à ses proches qu’il ne mènerait pas la campagne des législatives. Avant d’affirmer devant les militants réunis à la Mutualité, qu’il resterait "l’un des vôtres".
Article rédigé par Sylvie Johnsson
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Franceinfo (Franceinfo)

A la veille
du second tour, Alain Minc, l'un des conseillers officieux de
Nicolas Sarkozy n’avait pas exclu qu’il continue à jouer un rôle car "s'il
est battu de très peu, il est très légitime."

D’où la très grande prudence ce
matin de Jean-François Copé, le secrétaire général de l’Ump sur France Info. "Pour ce qui me concerne, je souhaite naturellement, de la manière qu’il
souhaitera, qu'il reste très très présent dans le débat de notre famille
politique. Mais en même temps je respecte la décision qui est la sienne."

Reste
à savoir ce que sera justement cette décision. Si Nicolas Sarkozy a affirmé à
plusieurs membres de son état-major qu’il ne "serait plus candidat aux
mêmes fonctions",
selon LeMonde.fr
 il est allé plus loin avec certains de
ses conseillers : "Il a dit, j'arrête la *politique ."*

En tant qu’ancien
président de la République, il est membre de droit du Conseil constitutionnel.
Il peut aussi reprendre son métier d’avocat . A moins qu’il ne décide de s’engager
dans les affaires comme l’ancien chancelier allemand Gerhard Schröder qui s'est complètement retiré de la vie politique allemande.
Ou comme consultant comme l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair.

Oeuvres liées

{% document %}

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.