Cet article date de plus de dix ans.

Eric Woerth aurait traité François de Rugy de "salopard"

Le co-président du groupe écologiste François de Rugy a rapporté dans la nuit du mardi 3 juillet sur Twitter qu’il s’était fait insulter par l’ancien ministre du Travail Eric Woerth, après le discours de politique générale de Jean-Marc Ayrault.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien ministre du Travail Eric Woerth en mai à Paris (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Le co-président du groupe écologiste François de Rugy a rapporté dans la nuit du mardi 3 juillet sur Twitter qu'il s'était fait insulter par l'ancien ministre du Travail Eric Woerth, après le discours de politique générale de Jean-Marc Ayrault.

Dans un premier temps, François de Rugy n'a pas voulu commenter l'incident, mais il n'a finalement pas pu s'empêcher de détailler, via une série de tweets, l'accroc qui se serait déroulé dans mardi lors du discours de politique générale de Jean-Marc Ayrault, entre lui et Eric Woerth.

Sur son compte Twitter, le co-président du groupe écologiste à l'Assemblée nationale a affirmé que l'ancien ministre du Travail l'aurait traité de "salopard" : "[Eric] Woerth, qui avait quitté l'Hémicycle pendant mon discours, est venu me traiter ensuite de salopard dans les couloirs... No comment!"

Capture d'écran du tweet de François de Rugy (DR)

Par la suite, le député de Loire-Atlantique a publié une détaillant l'origine de l'incident.

"Finalement, je suis fier de me faire traiter de salopard par Woerth, qui ne supporte pas que l'on rappelle le mélange des genres."

Manifestement, Eric Woerth n'aurait pas apprécié des sous-entendus contenus dans le discours de François de Rugy.

"Woerth ne supporte pas que l'on rappelle sa double le casquette ministre du budget-trésorier de l'UMP. M. Cadeaux fiscaux/M. Premier cercle."

Capture d'écran d'un des tweets de François de Rugy (DR)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.