VIDEO. Le rôle de l'Etat "n'est pas de céder à des pressions", lance Emmanuel Macron en Guyane

Le président de la République, en visite en Guyane depuis jeudi, a été accueilli par des manifestations du collectif Pou Lagwiyann Dékolé, qui était au cœur du mouvement social en mars.

Les manifestants qui ont accueilli Emmanuel Macron en Guyane, jeudi 26 octobre, n'ont pas fait ciller le président de la République. "Le rôle de l'Etat" n'est pas de "céder à des pressions, quelles qu'elles soient, en particulier lorsqu'elles n'ont pas la légitimité démocratique", ni de "tenir des engagements irréalistes", a lancé ce dernier lors d'un discours, vendredi, à Cayenne.

"Les interlocuteurs, ce sont les élus de la République", a poursuivi Emmanuel Macron. Il a, en revanche, assuré que la parole de l'Etat "serait tenue" au sujet du plan de 1,08 milliard d'euros signé sous la présidence de François Hollande.

S'agissant de "la demande complémentaire", à hauteur de 2,1 milliards, "il y avait un engagement à étudier les propositions qui sont faites et j'ai réitéré [jeudi] cet engagement à étudier", s'est contenté d'assurer le président de la République. La veille, il avait déjà averti qu'il n'était pas venu en "père Noël".

Jeudi, une marche avait été organisée à l'appel du collectif Pou Lagwiyann Dékolé, qui s'était formé lors de la crise qui avait secoué la Guyane en mars dernier. Cette marche s'est déroulée de façon pacifique, mais des affrontements ont ensuite éclaté pendant plusieurs heures entre des manifestants et les forces de l'ordre. Cinq personnes ont été interpellées, et un gendarme mobile et un policier ont été légèrement blessés.

Le président de la République Emmanuel Macron lors d\'une visite à Maripasoula, en Guyane, le 26 octobre 2017.
Le président de la République Emmanuel Macron lors d'une visite à Maripasoula, en Guyane, le 26 octobre 2017. (ALAIN JOCARD / AFP)