Pupilles de la nation : les 100 ans d’une institution

La qualité de « pupille de la nation » a été instaurée en 1917 en pleine Première Guerre mondiale. Un statut unique destiné aux enfants orphelins de guerre, qui leur a permis depuis de poursuivre leurs études et de disposer d’un accompagnement.

Voir la vidéo
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les pupilles de la nation ont 100 ans cette année. Emmanuel Macron leur a d’ailleurs rendu hommage lors des cérémonies du 11-novembre ce samedi. Né lors de ce conflit meurtrier qu’a été la Première Guerre mondiale, ce statut unique au monde a pris en charge à l’origine un million d’orphelins. Il leur assure les frais de scolarité et se substitue en quelque sorte au parent manquant. Aujourd’hui, 35000 personnes, filles et fils de la mère nation, en bénéficient.

Changement dans les années 1980

Les bénéficiaires portent maintenant fièrement le bleuet, symbole de la solidarité de la France envers ses anciens combattants. À l’image d’Henry Moreaux, 100 ans né la même année que les pupilles : « Après la guerre 1914, il y avait tellement d’orphelins… mon père, je ne l’ai pas connu. Les pupilles de la nation ont remplacé mon père », raconte-t-il ému. Un statut qui va perdurer lors de la Seconde Guerre mondiale et va se développer dans les années 1980 avec la vague des premiers attentats. En 2016, après la tuerie du Bataclan, 137 enfants ont été « adoptés » par la nation.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le nom d\'Henri Prévost, blessé à Verdun pendant la Première guerre mondiale et mort en 1956, vient d\'être ajouté sur le monument aux morts de Bonnétable (Sarthe).
Le nom d'Henri Prévost, blessé à Verdun pendant la Première guerre mondiale et mort en 1956, vient d'être ajouté sur le monument aux morts de Bonnétable (Sarthe). (BERTRAND HOCHET / RADIOFRANCE)