Polynésie française : Emmanuel Macron, testé à son arrivée à Tahiti, veut mettre l'accent sur la vaccination contre le Covid-19

Le chef de l'Etat est arrivé pour une visite de quatre jours en Polynésie, il se rendra aux îles Marquises, aux Tuamotu et à Tahiti, où il a atterri. 

Article rédigé par
Hadrien Bect - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Emmanuel Macron à sa descente d'avion en arrivant à Tahiti, le 25 juillet 2021.  (LUDOVIC MARIN / AFP)

Comme pour tous les voyageurs qui arrivent en Polynésie française, Emmanuel Macron a dû passer un test PCR et un test antigénique avant de descendre de l'avion. Le chef de l'Etat est arrivé dans la nuit de samedi à dimanche 25 juillet à Tahiti pour un déplacement jusqu'à mardi prochain. Contexte sanitaire oblige, le traditionnel accueil polynésien à la descente d’avion a été un peu modifié. 

Toute la délégation française testée

Emmanuel Macron n’a pas fait exception. Une équipe médicale est montée dans l’Airbus A330 présidentielle pour tester toute la délégation. Une fois les tests effectués, le chef de l'Etat a pu rejoindre le tarmac. Il s'est fait remettre un collier de fleurs blanches par le président polynésien Edouard Fritch. Deux adolescents en tenue traditionnelle ont fait l’Orero, une sorte de déclamation tahitienne, on a pu aussi entendre le vivo, une flûte jouée par le nez et le pahou, des percussions polynésiennes.

Durant les quatre prochains jours, Emmanuel Macron se rendra aux îles Marquises, aux Tuamotu. Pour ses premières heures de visite, le chef de l'Etat s'est rendu au centre hospitalier de Papeete, le plus grand hôpital de la région, pour visiter l'unité Covid-19 et échanger avec les soignants. 

La vaccination patine en Polynésie 

Plutôt que de se faire rattraper par le Covid-19, le président a préféré d’emblée prendre le sujet à bras le corps. La Polynésie n’est pas du tout épargnée par la pandémie, le nombre de cas est d'ailleurs en augmentation, sans compter le sujet brûlant : la vaccination. Un peu plus d’un polynésien sur trois a reçu une première dose, c’est très peu. Dans ce territoire, la défiance est forte et Emmanuel Macron veut encourager la vaccination. 

Le message présidentiel est clair : même à 15 000 kilomètres de Paris, sous les cocotiers, Emmanuel Macron est préoccupé de l’évolution de l’épidémie et de la vaccination et il ne veut surtout pas donner l’impression d’être en vacances.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Emmanuel Macron

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.