Les Ardennes : terre des présidents

Le Conseil des ministres sera délocalisé, mercredi 7 novembre. Il aura lieu à Charleville-Mézières (Ardenne), une ville qui attire nos présidents.

France 2

Mercredi 7 novembre, le Conseil des ministres se tiendra à Charleville-Mézières (Ardenne). Emmanuel Macron, en chute de popularité, a choisi cette ville, dans le cadre de ce qu'il baptise une itinérance, à l'image du général de Gaulle en 1963. Le général y défend alors le thème de l'unité nationale. Les Ardennes sont la terre des oubliés, des abandonnés. Désindustrialisation et chômage y sévissent. C'est donc une terre de conquête électorale. François Mitterrand, après la guerre du Golfe en 1991, renoue ici même avec les visites de province. Quelques rencontres avec les habitants d'un quartier défavorisé et renaît l'espoir du changement.

Ville autant visitée qu'instrumentalisée

En 2006, pendant sa campagne, Nicolas Sarkozy perçoit aussi un intérêt à son déplacement, attiré par l'ardeur des Ardennes, disait-il. Dans la ville de Rimbaud, il était venu défendre le pouvoir d'achat. François Hollande lui non plus, ne lésine pas sur la flatterie, deux jours avant les élections présidentielles de 2012. Pour terminer cette campagne, "je voulais la plus belle place de France", disait-il alors, à Charleville-Mézières. Il reviendra cinq ans plus tard pour visiter l'usine Peugeot. Toutes ces années, Charleville-Mézières, ville autant visitée qu'instrumentalisée, a vu défiler des présidents.

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron lors d\'un discours commémorant la Première Guerre Mondiale aux Eparges (Meuse), 6 novembre 2018.
Emmanuel Macron lors d'un discours commémorant la Première Guerre Mondiale aux Eparges (Meuse), 6 novembre 2018. (FRANCEINFO)