Cet article date de plus de quatre ans.

La France, "pays de l'année 2017" pour "The Economist"

L'hebdomadaire libéral salue surtout l'élection d'Emmanuel Macron et sa réforme du marché du travail.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Emmanuel Macron à l'Elysée (Paris), le 29 décembre 2017. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Le célèbre hebdomadaire britannique The Economist (en anglais), parangon du libéralisme, a désigné la France "pays de l'année" 2017 pour l'élection d'Emmanuel Macron, estimant que le nouveau président de la République a "balayé l'ancien régime""La France a déjoué les attentes", écrit la bible de la City, dans un éditorial  publié dans son dernier numéro. Le magazine rappelle comment "le jeune ex-banquier" a remporté l'élection présidentielle, et décrit comment La République en marche, formation "pleine de novices en politique", a "renversé la vieille garde" lors des législatives.

Un "renversement stupéfiant"

Outre les réformes proposées, dont celle visant à "assouplir un marché du travail rigide", l'hebdomadaire estime que le nouveau chef de l'État a transformé le débat politique national, en "donnant de l'espoir à ceux qui pensent que le clivage gauche-droite est moins important que celui entre ouverture et fermeture". The Economist juge que l'image de la France, qui semblait "irréformable", coincée "entre la sclérose et la xénophobie", a connu un "renversement stupéfiant". Ces dernières années, l'hebdo avait d'ailleurs multiplié les attaques contre la France, avec des unes plus grinçantes les unes que les autres.

The Economist distingue chaque année, depuis 2013, un pays "qui a connu un changement remarquable au cours des douze derniers mois, ou qui a rendu le monde meilleur". Le magazine reconnaît cependant qu'il a "fait des erreurs" par le passé : en 2015, la Birmanie avait été distinguée pour sa transition d'une "dictature vers 'quelque chose qui ressemble à la démocratie'". "Nous n'avions pas prévu combien le traitement de la minorité rohingya allait empirer", admet-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Emmanuel Macron

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.