Histoire : "Emmanuel Macron veut un récit national"

Emmanuel Macron a effectué un parcours, qui a parfois suscité la polémique, sur les chemins de la Première Guerre mondiale. Michel Eltchaninoff, rédacteur en chef de "Philosophie Magazine", décrypte ses prises de position en plateau.

Voir la vidéo
FRANCE 3

Peut-on lier le passé et le présent, les leçons de l’Histoire et la façon dont elle est vécue aujourd’hui ? Telle est l’une des grandes questions que soulève le parcours d’Emmanuel Macron sur les traces de la Première Guerre mondiale. Sur le plateau du Soir 3, Michel Eltchaninoff, rédacteur en chef de "Philosophie Magazine", apporte des éléments de réponse. "Emmanuel Macron se revendique d’un philosophe qui était son maître à penser : qui s’appelle Paul Ricoeur, dont il a d’ailleurs été l’assistant éditorial sur un livre qui s’appelle : 'La mémoire, l’Histoire, l’oubli'. Dans ce livre, Paul Ricoeur dit qu’il faut essayer de faire une juste politique de la mémoire. C’est-à-dire ne pas être trop dans l’oubli, parce qu’on risque de répéter les erreurs du passé, mais pas non plus dans un abus de mémoire, parce qu’à ce moment-là, on ne regarde plus vers l’avant. Emmanuel Macron s’en est inspiré. Il a même déjà déclaré que Paul Ricoeur lui a appris à penser l’Histoire."

Faire autrement que François Hollande et Nicolas Sarkozy

D’après Michel Eltchaninoff, Emmanuel Macron essaie aussi de poser sa marque et de se différencier de ses prédécesseurs. "Ce qu’il veut faire c’est autrement que Nicolas Sarkozy qui glorifiait le passé. Il voulait faire aussi autrement que François Hollande, qui parfois était dans une perspective critique ou de repentance. Emmanuel Macron cherche sa voie entre repentance et glorification. Il ne veut pas un 'roman national', qui prend parfois des libertés avec le passé. Il veut un 'récit national', quelque chose qui soit fondé sur l’Histoire, mais qui permette quand même de réconcilier les Français avec leur passé."

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron, à l\'ossuaire de Douaumont, près de Verdun, le 6 novembre 2018.
Emmanuel Macron, à l'ossuaire de Douaumont, près de Verdun, le 6 novembre 2018. (LUDOVIC MARIN / AFP)