Gers : cinq "décrocheurs de portraits" d'Emmanuel Macron relaxés au nom de la liberté d'expression

Ils avaient enlevé ces portraits des mairies de trois communes pour dénoncer l'inaction sociale et climatique du gouvernement. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une manifestation du collectif ANV-COP 21 et des "Décrocheurs de portraits" à Paris le 22 octobre 2020. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Cinq militants pour le climat, accusés de vol en réunion après avoir décroché trois portraits d'Emmanuel Macron en 2019 dans des mairies du Gers, ont été relaxés, rapporte France Bleu Occitanie mardi 27 octobre. Deux femmes et trois hommes avaient retiré des portraits du chef de l'Etat entre les 8 juin et 16 juillet 2019, dans les mairies de Castelnau-Barbarens, Barran et Saint-Jean-le-Comtal. Il s'agit de trois petites communes près d'Auch de 400 à 650 habitants.

Jugés le 13 octobre dernier, le tribunal vient de les relaxer ce mardi. La justice a retenu la liberté d'expression comme motif légitime. C'est une première dans le cas d'un décrochage de portrait présidentiel. Ces activistes du collectif Action Non Violente (ANV) COP 21 Auch avaient enlevé ces portraits pour dénoncer l'absence d'une politique sociale et climatique forte de la part du gouvernement. Ils risquaient cinq ans de prison et 75 000 euros d'amende.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.