Cet article date de plus de quatre ans.

En meeting au Mans, Emmanuel Macron évoque une version plus "radicale" de la loi Travail

L'ancien ministre de l'Economie, qui n'est pas officiellement candidat à la présidentielle, a affirmé qu'il ne lançait que des "pistes de réflexion".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Emmanuel Macron lors d'un meeting du mouvement "En Marche" au Mans (Sarthe), le 11 octobre 2016. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

Une semaine après une première réunion aux allures d'entrée dans la campagne présidentielle, Emmanuel Macron a poursuivi son "diagnostic" de l'état de la France lors d'un meeting au Mans (Sarthe), mardi 11 octobre. L'ancien ministre de l'Economie, qui n'est pas officiellement candidat à la présidentielle, a affirmé qu'il ne lançait que des "pistes de réflexion"en attendant des "propositions" plus rodées.

Emmanuel Macron, qui a dit vouloir extirper les Français d'un "modèle social" dépassé, a évoqué cette fois la "France qui choisit". "Si c'est cela le système, eh bien je suis contre le système", a-t-il même clamé entre deux salves de "Macron président" venues de la salle, tout en s'indignant contre ceux qui pensent que "tout peut être régenté depuis Paris".

Un dernier déplacement à Montpellier mardi prochain

Parmi la large palette de solutions avancées par l'ancien ministre, une version plus "radicale" de la loi Travail, déjà très contestée dans la rue. "Le changement de paradigme que je propose est un basculement beaucoup plus radical", a-t-il affirmé, en épinglant les "contraintes qui ne sont pas adaptées à l'entreprise", ainsi que "les normes qui enferment, cadenassent et bien souvent font une victime qui est le plus jeune, le moins qualifié".

"Si on fait cela, cela suppose de réarmer les individus dans ce dialogue, a-t-il poursuivi. C'est-à-dire qu'on ne les laisse pas dans un face-à-face avec le chef d'entreprise mais on donne un vrai pouvoir de négociation aux syndicats." L'ancien ministre a également insisté sur les "droits individuels plus forts" dont devront disposer les salariés, notamment en termes de "formation professionnelle".

Les thèmes de la sécurité, de l'éducation, du logement ou encore de la santé ont également été abordés. Emmanuel Macron exposera le troisième et dernier volet de son diagnostic à Montpellier, mardi 18 octobre. Les sujets de la "vie ensemble, l'intégration" y seront évoqués.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.