EN IMAGES. Le Pen au second tour : comment le choc a déserté les unes des journaux entre 2002 et 2017

En 2002, le Front national provoquait un "séisme" en passant le premier tour de la présidentielle. Une onde de choc retranscrite à la une de nombreux quotidiens. Quinze ans plus tard, l'arrivée de Marine Le Pen au second tour est traitée bien différemment.

"Choc", "séisme", "blessure". Le 22 avril 2002, au lendemain de la qualification de Jean-Marie Le Pen pour le second tour de la présidentielle face à Jacques Chirac, la presse française n'avait pas de mot assez fort pour exprimer sa surprise. Quinze ans plus tard, le second tour oppose Marine Le Pen à Emmanuel Macron. Et la tonalité en une des journaux n'est plus vraiment la même. La candidate FN réalise pourtant un score historique : 21,4% des voix au premier tour, soit 7,6 millions d'électeurs. Voici un avant/après des principaux quotidiens français.

>> Suivez les réactions, les commentaires et les analyses dans notre direct

"Le Monde"

En 2002, après la qualification de Jean-Marie Le Pen au second tour, Le Monde écrit dans son éditorial : "La France est blessée. Et, pour nombre de Français, humiliée." En 2017, le journal se concentre sur les fractures françaises qui ont conduit à l'élimination du PS et de LR dès le premier tour.

Unes du quotidien \"Le Monde\" du 23 avril 2002 et du 24 avril 2017.
Unes du quotidien "Le Monde" du 23 avril 2002 et du 24 avril 2017. (LE MONDE)

"Libération"

C'était un grand "NON" d'abord et puis un grand "OUF" de soulagement, deux semaines plus tard, qui s'étalaient en une de Libé, en 2002. Cette fois, le quotidien affiche Emmanuel Macron à sa une, "à une marche" de l'Elysée.

Unes du quotidien \"Libération\" du 22 avril 2002 et du 24 avril 2017.
Unes du quotidien "Libération" du 22 avril 2002 et du 24 avril 2017. (LIBERATION)

"Le Parisien"

Même traitement en une du Parisien. Le "choc" Le Pen de 2002, qui provoquait un "tremblement de terre", a été remplacé par "la sensation Macron" en 2017 en une du quotidien.

Unes du quotidien \"Le Parisien\" du 22 avril 2002 et du 24 avril 2017.
Unes du quotidien "Le Parisien" du 22 avril 2002 et du 24 avril 2017. (LE PARISIEN)

"Le Figaro"

Pour Le Figaro, l'arrivée du FN n'est plus un "séisme". Le quotidien souligne surtout, cette fois, l'état de la droite, mise "K.-O.", et "l'immense gâchis" de la campagne de François Fillon.

Unes du quotidien \"Le Figaro\" du 22 avril 2002 et du 24 avril 2017.
Unes du quotidien "Le Figaro" du 22 avril 2002 et du 24 avril 2017. (LE FIGARO)

"Les Echos"

Là aussi, le "séisme" a disparu, remplacé par un sobre "Macron au front face à Le Pen".

Unes du quotidien \"Les Echos\" du 22 avril 2002 et du 24 avril 2017.
Unes du quotidien "Les Echos" du 22 avril 2002 et du 24 avril 2017. (LES ECHOS)

"L'Humanité"

Le quotidien historique du Parti communiste choisit une iconographie plus sobre qu'en 2002, où le visage de Jean-Marie Le Pen était barré d'une grande croix rouge. Mais l'idée reste la même : s'opposer catégoriquement au FN. Le "non" est donc devenu "jamais"

Unes du quotidien \"L\'Humanité\" du 22 avril 2002 et du 24 avril 2017.
Unes du quotidien "L'Humanité" du 22 avril 2002 et du 24 avril 2017. (L'HUMANITE)

"L'Express"

En 2017 comme en 2002, L'Express met à l'honneur l'adversaire du FN. Le parti est évoqué en petit, toujours par le prisme de son parcours, de "la longue ascension de Le Pen" à cette question : "Jusqu'où ira Marine Le Pen ?".

Unes de l\'hebdomadaire \"L\'Express\" du 25 avril 2002 et du 24 avril 2017.
Unes de l'hebdomadaire "L'Express" du 25 avril 2002 et du 24 avril 2017. (L'EXPRESS)