Emmanuel Macron "boit trop" en consommant du vin "midi et soir", selon une épidémiologiste

Le président de la République est "dans la moyenne" de 2,6 par jour en France mais "c'est trop", a expliqué mardi sur franceinfo l'épidémiologiste Catherine Hill.

Un verre de vin est servi à Libourne (Gironde), le 10 avril 2018.
Un verre de vin est servi à Libourne (Gironde), le 10 avril 2018. (GEORGES GOBET / AFP)

Des médecins alertent à nouveau sur la consommation d'alcool. "Les Français boivent trop", a déclaré l'épidémiologiste Catherine Hill mardi 17 avril sur franceinfo. Elle est l'un des dix signataires d'une tribune publiée lundi. Ils plaident pour l'instauration d'un prix plancher pour l'alcool afin de décourager une consommation excessive. Ces professionnels avaient déjà interpellé début mars Emmanuel Macron qui avait confié boire "du vin le midi et le soir" et assuré que la loi ne serait pas durcie sous son mandat. Pour Catherine Hilll, le président de la République est "mal informé et il boit trop". Il est "dans la moyenne", soit 2,6 verres par jour en France, mais au-dessus des "dix verres par semaine que l'on recommande de ne pas dépasser", souligne-t-elle. L'épidémiologiste estime notamment qu'il est urgent de "taxer" davantage le vin.

franceinfo : Est-ce que les Français boivent trop ?

Catherine Hill : Les Français boivent trop, il n'y a pas de doute là-dessus ! Si on prend tout ce qui est mis sur le marché, vins, bières, spiritueux, et qu'on répartit uniformément sur toute la population de 15 ans et plus, on arrive à 2,6 verres par jour. Un verre, c'est 10 grammes d'alcool, c'est ce qu'on vous sert dans un bistrot. 2,6 verres par jour, cela fait beaucoup plus que les dix verres par semaine que l'on recommande de ne pas dépasser.

Instaurer un prix minimum pour l'alcool, ce serait dissuasif ?

C'est très dissuasif. Les Canadiens ont fait une étude et montrent que cela marche. Les Écossais sont en train d'étudier eux aussi la possibilité d'avoir un prix plancher. C'est très important parce que, sinon, les gens vont boire le truc le moins cher. En ce moment, on peut acheter du vin pour 23 centimes le verre, c'est vraiment très peu.

Comment cette mesure peut-elle être mise en place ?

Il faut commencer par taxer. Le vin, c'est presque 60% de la consommation et il n'est absolument pas taxé. Quand vous achetez un litre de vin à 15 euros, vous payez 2,50 euros de TVA, plus 4 centimes. Ce sont les 4 centimes qui vont à la Sécurité sociale pour aider à payer les dégâts. Quand vous achetez une bouteille d'alcool fort à 15 euros, vous payez 2,50 euros de TVA, plus 10 euros qui vont à la Sécurité sociale. Il faut un prix minimum par gramme d'alcool.

On dit souvent qu'il faut consommer de l'alcool "avec modération". Ce n'est pas la bonne expression, selon vous ?

C'est une expression qui vient de l'industrie de l'alcool. Elle s'est très bien débrouillée. Vous remarquerez que la modération n'est jamais définie. La modération, c'est pas plus de dix verres par semaine, et ce sont des petits verres.

Emmanuel Macron a avoué boire "du vin le midi et le soir", tous les jours, soit 14 verres par semaine. Qu'en pensez-vous ?

Il est dans la moyenne, c'est un peu trop. Les lobbys lui ont dit que cela protégeait des maladies cardiovasculaires, mais le bilan global, ce n'est pas du tout ça. Ses informations sont périmées, datées et viennent de l'industrie. Emmanuel Macron est mal informé et il boit trop.