Emmanuel Macron aurait pu devenir Premier ministre de François Hollande en février 2016

Dans un livre qui sort jeudi, l'ancien conseiller en communication de François Hollande, Gaspard Gantzer, affirme qu'Emmanuel Macron aurait pu remplacer Manuel Valls, en février 2016.

Cérémonie de commémoration du 8 mai 1945 à Paris. François Hollande a invité Emmanuel Macron, élu la veille à l\'élection présidentielle du 7 mai 2017. Dans \"La politique est un sport de combat\", Gaspard Gantzer (à droite sur la photo) relate ce moment : \"L\'histoire en direct. Les siècles se répondent devant nous. Sous nos yeux\". 
Cérémonie de commémoration du 8 mai 1945 à Paris. François Hollande a invité Emmanuel Macron, élu la veille à l'élection présidentielle du 7 mai 2017. Dans "La politique est un sport de combat", Gaspard Gantzer (à droite sur la photo) relate ce moment : "L'histoire en direct. Les siècles se répondent devant nous. Sous nos yeux".  (JACQUES WITT/SIPA)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Gaspard Gantzer, ancien conseiller en communication de François Hollande entre 2014 et 2017, sort jeudi 2 novembre La politique est un sport de combat aux éditions Fayard. Il y livre plusieurs anecdotes sur le quinquennat de François Hollande et notamment sur les relations entre le président de la République de l'époque et Emmanuel Macron.

Il affirme que ce dernier aurait pu être nommé Premier ministre en février 2016, au moment où le gouvernement était "englué" en raison des débats sur la loi Travail et sur la déchéance de nationalité. "J'avais la conviction, parce que je sentais qu'il y avait ce profond besoin de renouvellement dans la société française, qu'il fallait créer une énorme surprise, provoquer un coup de théâtre. Et nommer Emmanuel Macron à Matignon aurait pu créer cet électrochoc", rapporte Gaspard Gantzer sur franceinfo.

On cherchait un moyen de relancer la machine et parmi les solutions, il y avait celle de changer de Premier ministre

Gaspard Gantzer, ancien conseiller en communication de François Hollande

à franceinfo

Mais François Hollande "a fait un autre choix. À la fois pour garder Valls, il préférait l'avoir à ses côtés. Et puis aussi pour tenter de rassembler une majorité en bien mauvais état", précise Gaspard Gantzer. "Cela me semblait totalement surréaliste qu'il puisse vouloir être candidat et devenir président dès 2017. Je le sentais sans vraiment totalement y croire. Pour moi, ce n'était pas possible d'être candidat contre un président qui vous avait fait conseiller et ministre. Pourtant, cela a été le cas, car les circonstances ont été exceptionnelles", a-t-il ajouté.

Gaspard Gantzer dit avoir vu l'ambition d'Emmanuel Macron "se dessiner. Je savais qu'il en avait énormément, elle a dépassé tout ce que je pouvais imaginer".