Économie : faut-il taxer les donations pour réduire les inégalités ?

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Économie : faut-il taxer les donations pour réduire les inégalités ?
FRANCE 2
Article rédigé par
V.Frédéric, A.Girault-Carlier, S.Thebaut, B.Picrel - France 2
France Télévisions

Mercredi 23 juin, une commission dirigée par le prix Nobel Jean Tirole et l'ancien chef économiste du FMI, Olivier Blanchard, a remis une série de propositions à Emmanuel Macron. Parmi elles, la refonte de l'impôt sur la succession, visant à rééquilibrer les chances de départ entre les Français. 

Taxer plus les donations et les héritages pour réduire les inégalités : l'idée ne met pas tout le monde d'accord. "On peut aussi aider nos enfants ou nos petits-enfants à démarrer dans la vie sans pour autant aussitôt être taxés", estime un homme, tandis qu'un autre rappelle que c'est "une très, très bonne idée". C'est en tout cas ce que préconisent des économistes, dans un rapport commandé par Emmanuel Macron. Il souhaite supprimer les exonérations sur l'impôt de succession. Une personne peut aujourd'hui donner de son vivant à ses héritiers jusqu'à 100 000 euros tous les 15 ans, sans être taxé. Le texte propose d'y mettre fin, et de taxer l'ensemble des sommes reçues tout au long de sa vie. 

Une question qui divise 

"La fiscalité peut limiter l'augmentation des inégalités, mais surtout elle peut avoir un impact sur la redistribution, c'est à dire que ça permet de générer des ressources fiscales que vous allez utiliser pour limiter les inégalités, soit en donnant à ceux qui ont moins, soit en investissant par exemple dans l'éducation", estime Mathieu Plane, économiste à l'OFCE. Arlette Darmon, notaire chez Monassier et Associés, dénonce quant à elle cette vision, alors que les taux d'imposition français sont déjà parmi les plus élevés d'Europe. "C'est un patrimoine qui a déjà subi beaucoup d'impôts", justifie-t-elle. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Emmanuel Macron

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.