Violences faites aux femmes : revivez le discours d'Emmanuel Macron

A l'occasion de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes, le président de la République a présenté des mesures pour l'égalité homme-femme.

Ce qu'il faut savoir

Cette année, le rendez-vous a une résonnance particulière. Quelques semaines après le scandale Weinstein et les autres affaires de violences sexuelles qui en ont découlé, le président Emmanuel Macron s'est exprimé, samedi 25 novembre, à l'occasion de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. "Je me suis engagé à ce que la grande cause du quinquennat soit celle de l'égalité entre les femmes et les hommes", a-t-il déclaré.

Une minute de silence pour les femmes victimes de violences conjugales. Le président de la République a salué la mémoire des 123 femmes tuées en 2016 par leur conjoint ou ex-conjoint.

Des annonces multiples. Augmentation budgétaire, grande cause nationale, création d'un délit d'outrage sexiste, la création d'unités hospitalières dédiées... Le président de la République a fait de nombreuses annonces, résumées dans cet article.

Des manifestations prévues partout. Comme chaque année, des rassemblements sont organisés dans toute la France. A Paris, un cortège s'élancera de la place de la République en début d'après-midi vers l'Opéra. En 2016, 123 femmes ont été tuées par leur partenaire ou ex-partenaire. Soit une tous les trois jours.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #FEMMES

21h11 : CNN propose une infographie édifiante sur les agressions sexuelles à travers le monde.Où l’on se rend compte que c’est un phénomène mondial : 99% des Egyptiennes ont déjà été harcelées sexuellement, quand un quart des Nord-Américaines ont été agressées sexuellement.

19h34 : @anonyme Selon la préfecture, 2 000 personnes ont manifesté cet après-midi à Paris. Je n'ai pas encore de chiffres pour les cortèges en région.

19h33 : Bsr, combien de personnes à la manif contre les violences faites aux femmes, je n arrive jamais à avoir cette info. Merci.

18h37 : "On est clairement déçues et on pense qu'Emmanuel Macron n'a pas pris la mesure de nos attentes."


Invitée de franceinfo, la militante féministe s'est montrée très critique envers les mesures détaillées par Emmanuel Macron dans son discours sur les réponses à apporter aux violences faites aux femmes. "C'était un catalogue de mesures, dont certaines étaient plutôt bonnes, mais éparses, et qui nous paraissent irréalisables sans budget."



17h43 : Notre journaliste Camille Adaoust se trouve à la manifestation contre les violences faites aux femmes, qui se déroule dans une ambiance bon enfant.

15h53 : A Paris, de nombreuses manifestantes ont choisi de battre le pavé en cette Journée internationale contre les violences faites aux femmes. Voici des photos :

13h51 : "Il avait un peu un droit de cuissage." Agressée par son chef de service à l'hôpital, une infirmière a raconté à nos confrères d'Allodocteurs le calvaire qu'elle a vécu.

(FRANCEINFO)

13h01 : Merci à notre gouvernement. Enfin ! Pendant 17 ans j’ai été femme battue, mon conjoint étant responsable d’une entreprise réputée, Ceci souvent devant ma fille. Lors du divorce, l’avocat n’a pas voulu prendre en compte ces faits faute de preuve. C’était il y a 34 ans, je n’ai pas oublié malgré un remariage heureux.

13h01 : Dans les commentaires, @Marguerite se félicite des différentes annonces de l'exécutif pour lutter contre les violences faites aux femmes. Elle livre aussi son témoignage douloureux.

12h58 : Lors de ce discours, Emmanuel Macron a aussi confirmé la création prochaine d'un "délit d'outrage sexiste" punissant le harcèlement de rue. Ce type de comportement sera "verbalisable immédiatement pour un montant dissuasif".

12h52 : Sur Twitter, un journaliste tacle Emmanuel Macron sur son projet de "testing" de la discrimination femmes-hommes, en remarquant que son cabinet est composé de onze hommes et une seule femme.

12h59 : Sur Twitter, un journaliste tacle Emmanuel Macron sur son projet de "testing" de la discrimination femmes-hommes, en remarquant que le premier cercle de son cabinet est composé de onze hommes et une seule femme.

12h51 : "Je déclare le lancement de cette grande cause du quinquennat. Et je souhaite que la première étape soit la lutte contre les violences sexuelles et sexistes", annonce Emmanuel Macron, en conclusion de son discours.

12h49 : Emmanuel Macron est revenu sur le scandale suscité par l'acquittement d'un homme jugé pour viol sur une mineure de 11 ans. "Ces affaires ont révélé un vide juridique que nous voulons combler, a-t-il lancé. Nous ne pouvons admettre que la présomption de consentement s'applique de façon aussi floue lors d'une relation sexuelle entre un mineur et un adulte."

12h56 : "Nous avons décidé d'allonger le délai de prescription des crimes sexuels sur mineurs (...) de 20 à 30 ans."

12h39 : Emmanuel Macron demande "une attention particulière" pour les femmes migrantes qui "cherchent à fuir l'excision".

12h38 : "L'école doit apprendre à analyser, déconstruire, remettre en perspective afin que le rapport de tension et de soumission entre hommes et femmes ne s'impose pas comme le modèle de référence", a lancé le président. Voici la séquence :

12h35 : "Je souhaite que des opérations de testing sur la discrimination femmes-hommes soient mises en place."

12h35 : Le chef de l'Etat a appelé à faciliter la prise en charge des victimes de violences sexuelles, ainsi que les procédures juridiques. "Elles ne doivent pas devoir raconter trois fois, quatre fois, leur agression dans un commissariat", a-t-il lancé.

12h33 : Emmanuel Macron souhaite que le CSA régule aussi les contenus numériques, sur internet et dans les jeux vidéo.

12h29 : "Des modifications législatives seront adoptées pour lutter contre le cyber-harcèlement."

12h22 : "Une opération de sensibilisation auprès des parents sera lancée à la rentrée pour les aider à mieux décrypter les signes chez leurs enfants."

12h25 : "La pornographie a trouvé grâce aux outils numériques un droit de cité dans nos écoles. Nous devons prendre à bras-le-corps ce phénomène que nous avons trop longtemps refusé de voir."

12h20 : Emmanuel Macron évoque désormais "la violence sexiste" véhiculée par la pornographie.

12h18 : Le budget interministériel pour l'égalité des femmes et des hommes va atteindre 480 millions d'euros en 2018, annonce Emmanuel Macron.

12h23 : "Le budget alloué à la lutte contre les violences faites aux femmes sera augmenté en 2018 et sera à son plus haut niveau (...). Il sera sanctuarisé sur toute la durée du quinquennat."

12h14 : Emmanuel Macron annonce faire de l'égalité hommes-femmes la "cause du quinquennat".

12h33 : "La France ne doit plus être l'un de ces pays où les femmes ont peur."

12h24 : Emmanuel Macron a observé une minute de silence en hommage aux 123 femmes "battues, violées et tuées" en 2016.

12h09 : "Sous leurs coups, sous leurs abus, une femme meurt tous les trois jours. "

12h24 : "Dans notre quotidien, s'est élevée une sorte de barbarie, dont on ne veut pas reconnaître le visage parce qu'il est familier. "

12h04 : "Des citoyens que l'on croit honorables, mais qui nous déshonorent et déshonorent notre vision de la France."

12h03 : Ces agresseurs "ne sont pas des criminels comme les autres, ce sont des pères des frères, des collègues, des patrons. Des citoyens ordinaires auxquels nous n'avons pas su inculquer les principes de notre vie sociale."

12h01 : "Notre situation montre que quelque chose ne fonctionne pas dans notre République."

12h06 : "Cette vague de libération de la parole dit beaucoup de notre société : une société encore empreinte de sexisme."

11h57 : "Il a fallu que cette violence devienne une clameur écrite pour être enfin audible de tous."

12h28 : "On se met à tout confondre dans ce tourbillon. On passe en quelque sorte d'une société de l'oubli à une société de la délation."


Après avoir souligné l'importance généralisée de la prise de conscience des violentes faites aux femmes, Emmanuel Macron a commenté la campagne #balancetonporc sur les réseaux sociaux.

11h51 : Emmanuel Macron s'apprête à prendre la parole pour dévoiler son plan quinquennal contre les violences faites aux femmes. Son discours est à regarder en direct, ici.

10h55 : "Ce que j'attends d'Emmanuel Macron, ce n'est pas seulement un projet de loi, ce sont des moyens."

Interrogée sur franceinfo, la sénatrice socialiste Laurence Rossignol a dit ses espérances avant l'annonce du plan quinquennal d'Emmanuel Macron contre les violences faites aux femmes. "L'étape qu'il faut franchir, et ça n'a été fait jusque-là par aucun gouvernement, c'est d'avoir une politique globale d'égalité femmes-hommes."


10h15 : Le Figaro s'intéresse à "la violence de la pornographie" à laquelle les adolescents sont exposés. Le journal rappelle qu'il s'agit de l'un des axes majeurs du plan quinquennal d'Emmanuel Macron contre les violences faites aux femmes.

09h49 : Dans le plan quinquennal d'Emmanuel Macron contre les violences faites aux femmes, un volet concerne la lutte contre la pornographie. Franceinfo a interrogé des adolescents, un public particulièrement exposé à la pornographie.


(MAXPPP)

09h44 : Il y a quatre ans, Maëlle a été défigurée par les coups de son petit-ami. A France 2, elle a raconté comment elle tente de se reconstruire après ses 36 fractures du visage.

(FRANCE 2)

09h34 : Dans le milieu du cinéma, dans les organisations étudiantes ou dans le secteur hospitalier, de nombreuses femmes ont dénoncé ceux qui les ont agressées sexuellement. Les ouvrières, manutentionnaires et agents d'entretien ne sont pas en reste. Plusieurs d'entre elles prennent la parole dans Le Monde dans un récit glaçant entre chantage à l'emploi et tentatives de viol.