Des manifestants pénètrent dans un théâtre parisien et perturbent la soirée d'Emmanuel Macron

Les services de sécurité ont été surpris par le groupe de manifestants. Le chef de l'État a dû être évacué de la salle du théâtre des Bouffes du Nord quelques minutes, avant d'y revenir.

Des CRS interviennent alors que des manifestants sont rassemblés devant le théâtre des Bouffes du Nord, à Paris, vendredi 17 janvier 2020. 
Des CRS interviennent alors que des manifestants sont rassemblés devant le théâtre des Bouffes du Nord, à Paris, vendredi 17 janvier 2020.  (LUCAS BARIOULET / AFP)

Plusieurs dizaines de manifestants ont tenté de rentrer dans le hall du théâtre des Bouffes du Nord, à Paris, alors qu'Emmanuel Macron et son épouse Brigitte assistaient à la représentation de la pièce La Mouche, vendredi 17 janvier, a appris franceinfo.

Les manifestants scandent des slogans, chantent, ils font du bruit. Les services de sécurités se font surprendre, un petit groupe arrive à pénétrer dans le hall, sans atteindre la salle où a lieu la représentation. Les manifestants sont rapidement expulsés.

L'intrusion n'a pas interrompu le spectacle

Le Théâtre tient à préciser que la représentation "fort heureusement" n’a pas été interrompue. C'est ce que précise la direction des Bouffes du Nord dans un communiqué envoyé à franceinfo ce samedi en fin d'après-midi. "Suite à la manifestation bruyante d’une trentaine de personnes devant l’entrée du théâtre et leur tentative d’intrusion que nous déplorons, le président de la République, afin de prendre connaissance de la situation, a quitté un court moment sa place qu’il a regagnée ensuite", explique le théâtre. La représentation a continué normalement pendant son absence.

La présence du président au théâtre a été annoncée par deux tweets : d’abord celui du comité de grève du 12e arrondissement de Paris (le tweet a été supprimé depuis) et dans un deuxième temps celui d'un journaliste militant, Taha Bouafs, qui se trouve dans la salle. Le jeune homme a été interpellé et placé en garde à vue.

Le chef de l'État a été mis à l’abri quelques minutes, sous les sifflets des manifestants, avant de revenir assister à la fin de la représentation. L'entourage d'Emmanuel Macron a indiqué "que le président continuera de se rendre au théâtre comme il a l’habitude de le faire et veillera à ce que des actions politiques ne perturbent pas la liberté d’expression, la liberté des artistes et la liberté de création."

Parmi les premières réactions politiques, celle de Richard Lioger, député La République en marche (LREM) de Moselle, qui condamne sur Twitter une "inacceptable tentative d’intrusion".

À gauche, Danielle Obono, députée La France insoumise de Paris, dénonce l'exfiltration du théâtre de Taha Bouhafs pour avoir "tweeté sur la présence du Méprisant au théâtre", écrit-elle sur Twitter.