DIRECT. Affaire Benalla : les victimes présumées ont été identifiées, elles demandent à être entendues ultérieurement

Plusieurs vidéos montraient un homme et une femme se faire violenter par l'ancien chargé de mission à l'Élysée lors des manifestations du 1er-Mai.

Alexandre Benalla, alors chargé de mission à l\'Elysée, à côté du bus de l\'équipe de France de football, à son arrivée à l\'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, le 16 juillet 2018.
Alexandre Benalla, alors chargé de mission à l'Elysée, à côté du bus de l'équipe de France de football, à son arrivée à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, le 16 juillet 2018. (THOMAS SAMSON / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Trois jours après le début de l'affaire, les victimes présumées des violences commises par Alexandre Benalla ont été identifiées, a appris franceinfo d'une source proche de l'enquête, samedi 21 juillet. Toujours selon nos informations, elles ont fait savoir aux enquêteurs qu'elles souhaitaient être entendues ultérieurement. Plusieurs vidéos montraient un homme et une femme se faire violenter par l'ancien chargé de mission à l'Élysée lors des manifestations du 1er-Mai.

 "Un affaire individuelle." La tension ne retombe pas à l'Assemblée nationale. La ministre de la Justice a été copieusement huée, samedi, après avoir reproché à "certains" députés de vouloir "prendre en otage le texte constitutionnel", dont l'examen est actuellement perturbé par l'affaire Benalla, qui accapare les prises de parole dans l'Hémicycle. La garde des Sceaux a au passage qualifié d'"affaire individuelle" les polémiques autour du rôle d'Alexandre Benalla.

La garde à vue d'Alexandre Benalla prolongée. Soupçonnés d'avoir frappé un homme en marge des manifestations du 1er-Mai, Alexandre Benalla et Vincent Cras répondent aux questions des enquêteurs depuis vendredi matin dans les locaux de la police judiciaire situés dans le 17e arrondissement de Paris. Leurs gardes à vue ont été prolongées dans la matinée du samedi 21 juillet, a appris franceinfo auprès du parquet de Paris. 

Son domicile perquisitionné. Le domicile d'Alexandre Benalla, placé en garde à vue depuis vendredi matin pour des violences commises en marge de la manifestation du 1er-Mai à Paris, a été perquisitionné samedi matin, a appris franceinfo de source proche du dossier.

 Alexandre Benalla devait se marier samedi 21 juillet. La cérémonie, initialement prévue à 11h30 dans sa ville d'Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), devait être célébrée par André Santini, le maire de la ville. L'ancien député était en contact direct avec les futurs époux pour organiser la cérémonie à la mairie, a confirmé un membre de son équipe à franceinfo.

Gérard Collomb auditionné lundi. Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb sera auditionné lundi, à 10 heures, par la commission des Lois de l'Assemblée nationale dotée des pouvoirs d'enquête, a annoncé samedi sa présidente Yaël Braun-Pivet (LREM). L'audition sera publique. Le groupe majoritaire LREM a en outre accepté la publicité des autres auditions à venir, avec des exceptions en particulier sur les questions de "sûreté de l'État". Lundi, à 14 heures, les élus auditionneront le préfet de police de Paris Michel Delpuech.

Trois policiers en garde à vue. Les trois fonctionnaires de police qui ont été suspendus vendredi dans le cadre de l'affaire Benalla ont été placé en garde à vue samedi matin, annonce le parquet de Paris. Ils sont en garde à vue pour "détournement d'images issues d'un système de vidéoprotection" et "violation du secret professionnel".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #BENALLA

22h50 : Nos confrères de La 1ère ont pu consulter différents documents, comme la carte officielle d'Alexandre Benalla estampillée des services du Premier ministre, son passeport de service ou son curriculum vitae. Leur enquête est à lire ici.

22h48 : Alexandre Benalla a-t-il été, en 2016, chef de cabinet de Jean-Marc Mormeck, délégué interministériel à l’égalité des chances des Français d’Outre-mer ? L'information a été en partie démentie par l'organisme interministériel, qui explique qu'il n'était que bénévole. Nos confrères de La 1ère ont enquêté et ont découvert qu'il était pourtant bien le chef de cabinet de Jean-Marc Mormeck.

22h03 : Comme beaucoup de médias, nous suivons rigoureusement cette affaire où les révélations sont quotidiennes et nombreuses. Vous trouvez peut-être que nous en faisons beaucoup, mais il s'agit, selon plusieurs observateurs, de la première affaire qui fait vaciller l'Elysée depuis l'élection d'Emmanuel Macron. Nous continuons évidemment de suivre le reste de l'actualité, même si en plein mois de juillet, elle est assez calme.

22h03 : Mais arretez avec cette affaire ! Ca prend trop de place dans l’actualité, cela demontre qu’il n’y a rien d’autre a dire ?

21h54 : "Pourtant à distance raisonnable du cortège, le journaliste est ceinturé, avant d'être poussé sur 50 mètres par l'officier de sécurité, Alexandre Benalla, qui lui arrache sans autre explication son accréditation presse censée lui permettre de suivre le meeting au plus près du candidat et de ses soutiens", décrit Public Sénat. A ma connaissance, ni le journaliste ni la chaîne n'a porté plainte.

21h53 : Bonsoir cher @anonyme. En mars 2017, Alexandre Benalla a bien été filmé en train de ceinturer un journaliste de la chaîne Public Sénat. Les faits se sont déroulés lors d'un meeting de campagne du candidat Emmanuel Macron à Caen, dont Alexandre Benalla assurait la sécurité.

21h52 : Bonsoir,D'abord, merci beaucoup pour votre travail. Ensuite, concernant l'affaire Benalla, j'ai vu très rapidement que Benalla aurait molesté un journaliste de Public Sénat. Est-ce vrai ? Que risque-t-il si c'est le cas ?

22h16 : Mediapart (article payant) publie une nouvelle vidéo de l'arrestation des deux manifestants de la place de la Contrescarpe le 1er-Mai. Elle montre notamment qu'après avoir reçu des coups d'Alexandre Benalla, ils ont aussi été violentés par l'escadron de CRS

(YOUTUBE)

21h45 : Les rangs d'Emmanuel Macron se fissurent. Les Jeunes Démocrates, qui rassemblent les jeunes adhérents du MoDem, demandent des "réponses de la part des plus hautes autorités" sur l'affaire Benalla. "Nous avons rejoint la majorité présidentielle et parlementaire en 2017 sur les bases d'un contrat d'exemplarité (...) Les révélations des derniers jours semblent mettre à mal cet engagement", affirment-t-ils dans un communiqué.


20h26 : Rappels au règlements en série, suspensions de séance... Les débats à l'Assemblée nationale, monopolisés par l'affaire Benalla, ont été chaotiques cet après-midi. Dans les couloirs, Marine Le Pen a interpellé avec véhémence Christophe Castaner, le ministre chargé des Relations avec le Parlement. France 2 a capté la scène.

(FRANCE 2)

20h09 : Nous vous le disions tout à l'heure : Alexandre Benalla collabore avec les enquêteurs lors de sa garde à vue et n'a pas utilisé son droit au silence. France 2 précise que le chargé de mission d'Emmanuel Macron a même exprimé des regrets.

20h02 : Comme le note Libération, il existe en droit français un principe de confusion des peines qui limite la condamnation au maximum de la peine la plus élevée. Alexandre Benalla risque donc théoriquement jusqu’à 3 ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende.

20h00 : Dans l'hypothèse où Alexandre Benalla est mis en examen pour ces mêmes chefs et que les faits sont caractérisés, le Code pénal prévoit les peines suivantes :

• Jusqu'à trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende pour "violence en réunion par personne chargée d’une mission de service public".

• Jusqu'à trois ans de prison et 45 000 euros d’amende pour "usurpation de fonction".

• Jusqu'à six mois de prison et 7 500 euros d’amende pour "port illégal d’insigne".

• Jusqu'à trois ans de prison et 45 000 euros d’amende pour "complicité de détournement d’images issues d’un système de vidéoprotection".

19h56 : Bonjour @Marc. Pour le moment, Alexandre Benalla n'a pas été mis en examen. Il a seulement été placé en garde à vue pour différents chefs : "violences en réunion par personne chargée d’une mission de service public, d’usurpation de fonctions, de port illégal d’insignes réservés à l’autorité publique et de complicité de détournement d’images issues d’un système de vidéoprotection".


19h56 : Que risque M. Benalla sur le plan pénal s’il y a un procès un jour ?

20h43 : Après leur interpellation, elles avaient fait l'objet d'une procédure de vérification d'identité. Si elles ne se sont pas exprimés publiquement, elles ont fait savoir aux enquêteurs qu'elles souhaitaient être entendues ultérieurement.

19h39 : Les victimes présumées d'Alexandre Benalla lors de la manifestation du 1er-Mai ont été identifiées et ont demandé à être entendues, a appris franceinfo d'une source proche de l'enquête.

19h21 : Quels rapports entretenaient Alexandre Benalla avec la police nationale ? Thibault de Montbrial, l'avocat du commissaire Maxence Creusat placé en garde à vue tout comme deux autres policiers dans le cadre de l'affaire Benalla, a évoqué sur Twitter "la proximité manifeste (...) entre la plus haute hiérarchie policière et Monsieur Benalla".

19h12 : "Si on accepte ce genre de mœurs, ce n'est plus la République."


Jean-Luc Mélenchon s'exprime à nouveau sur l'affaire Benalla. "Il y a un ensemble de barbouzes autour du président de la République, affirme-t-il, en direct sur BFMTV. Je veux savoir combien ils étaient à l'Elysées à faire ce travail et qui les commandait ? Est ce qu'Emmanuel Macron était aux commandes ?"

18h40 : Bien sûr, cher @Jean Borey. Voici trois articles qui vous permettront de faire le tour de la question :

• Le point sur les principaux protagonistes de l'affaire.

• Cet article sur le rôle d'"observateur" qu'était censé exercé Alexandre Benalla.

• Et surtout cet article où nous vous expliquons pourquoi l'affaire est extrêmement embarrassante pour Emmanuel Macron.

18h28 : Je ne comprends pas bien l’affaire Benalla. Pouvez-vous le conseiller des articles pour que nous comprenions. Merci

18h12 : Bonjour cher @anonyme. Alexandre Benalla devait se marier aujourd'hui à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) mais a dû annuler la cérémonie après son placement en garde à vue, explique Le Parisien. Sur Twitter, les sapeurs-pompiers de la Vienne se sont permis une petite raillerie.

18h12 : C’estquoi cette histoire de mariage de benalla ?

17h28 : "Vous voulez absolument lier deux sujets qui n'ont pas de connexion. L'un relève d'une affaire individuelle, l'autre relève d'une question d'intérêt collectif."

Voici l'intervention de la ministre :

17h25 : Les députés sont normalement réunis pour débattre de la réforme constitutionnelle mais il n'y a qu'un seul sujet dans l'hémicycle ce samedi : l'affaire Benalla. "Certains veulent prendre en otage le texte constitutionnel. Personne n'est dupe", a lancé la garde des Sceaux, qui au passage a qualifié les polémiques autour du rôle d'Alexandre Benalla d'"affaire individuelle".

17h07 : Bonjour cher @anonyme. Un communiqué de la présidence de l'Assemblée nationale explique qu'"un quota de badges" est attribué, en vertu du règlement, au cabinet du président de la République tout comme aux membres du cabinet des ministres. Le texte précise aussi que le badge d'Alexandre Benalla a été désactivé hier.

17h07 : Le badge qu'avait M. Benalla pour l'Assemblée nationale lui avait été donné par qui ?

16h44 : "Il est incroyable ce Monsieur Benalla. A chaque fois qu'on ouvre une porte il est derrière."

16h44 : Après une suspension demandée par Christian Jacob, le président du groupe Les Républicains, la séance vient de reprendre à l'Assemblée nationale. Marine Le Pen prend la parole.

16h39 : "Qui a demandé un tel badge ? Pourquoi a-t-on demandé un tel badge ? Je souhaite que des mesures soient prises pour que de tels incidents ne puissent plus intervenir."

Coup de colère de Marc Le Fur dans l'hémicycle. Le député Les Républicains a demandé des explications sur le badge d'accès à l'Assemblée nationale que détenait Alexandre Benalla. Voici la séquence :

15h48 : @anonyme Effectivement, ce qui a occasionné une grosse fâcherie de Christian Jacob, patron des députés LR.

15h47 : Nouvelle révélation : il aurait eu un badge d'accès a l'Assemblée et a l'hémicycle ?

14h13 : C'est exact @J&J ! Alexandre Benalla devait se marier ce matin à Issy-Les-Moulineaux, et c'est monsieur le maire André Santini qui devait marier les tourtereaux. Les noces ont été annulées à la suite de la garde à vue de l'ex-chargé de mission à l'Élysée.

14h07 : Apparemment Alexandre Benalla devait se marier ce week-end ?

13h00 : Alexandre Benalla et Vincent Crase n'ont pas fait valoir leur droit au silence pendant leur garde à vue, a appris franceinfo de source proche du dossier. Les deux hommes répondent aux questions des enquêteurs depuis vendredi matin, dans les locaux de la police judiciaire, dans le 17e arrondissement de Paris.

12h08 : Notez qu'il existe aussi une version du jeu célèbre jeu avec le conseiller élyséen (pour voir l'image en grand, cliquez ici).

12h07 : Ce n'est pas "où est Charlie ?" mais "où est Alexandre Benalla ?". Notre journaliste Juliette Campion a sélectionné une quinzaine de photos du président où on voit systématiquement le chargé de mission dans son entourage.




(ERIC FEFERBERG / AFP)

11h30 : "Cette affaire est du niveau du Watergate."

Dans une interview qu'il accorde au Monde (article payant), Jean-Luc Mélenchon dénonce la gestion de crise d'Emmanuel Macron : "Emmanuel Macron évidemment. Il n’a jamais connu ni géré de crise politique de sa vie, ni en tant que maire, ni en tant que parlementaire, ni en tant que ministre. Il a réagi comme si l’Etat était une entreprise : il met à pied trois chefs de rayons et pense que tout est réglé. Il se trompe. Cette crise va durer."

11h14 : Les gardes à vues d'Alexandre Benalla et de Vincent Crase sont prolongées de 24 heures, annonce le parquet de Paris.

10h51 : "Ce monsieur-là ne fait en aucun cas partie du Groupe de sécurité de la présidence de la République. Il est sur un poste parallèle. Il a beaucoup de responsabilités, mais elles sont plus d'ordre organisationnelles et lorsque je le voyais sur un dispositif du GSPR avec une oreillette, occupant des postes de protection très rapprochée, c'est pour moi techniquement dangereux, gênant, handicapant et anormal."

L'analyse d'un professionnel sur le rôle d'Alexandre Benalla auprès du président, au micro de franceinfo.

10h34 : @anonyme Que c'est un montage, tout simplement. Mais même Nadine Morano s'est fait prendre et a posté le lien sur Twitter (avant de l'effacer).





10h34 : Que pensez vous de cette info ?

10h19 : L’affaire Benalla est un scandale mais l’opposition LR, voire PS, ferait bien se regarder le nombril avant de trop critiquer. Du Rainbow Warrior en passant par Pasqua jusqu’à Sarko, les histoires pas nettes ne manquent pas. Donc stop à la récupération et laissons les enquêtes administrative, judiciaire et parlementaire se dérouler.

10h18 : D’un point de vue juridique/gestion du personnel c’est une catastrophe. Il fallait signifier une mise à pied CONSERVATOIRE et un licenciement dans la foulée.