Affaire Benalla : Mediapart s'oppose à une tentative de perquisition dans ses locaux

La rédaction a "refusé la perquisition", car cette enquête est "susceptible d'atteindre le secret des sources".

Le logo du site de Mediapart, le 28 décembre 2018.
Le logo du site de Mediapart, le 28 décembre 2018. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Deux procureurs, accompagnés de trois policiers, ont voulu perquisitionner lundi 4 février à 11h10 les locaux de Mediapart, indique le média en ligne sur son compte Twitter. Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour "atteinte à l'intimité de la vie privée" et sur les conditions d'enregistrement d'une conversation entre Alexandre Benalla et Vincent Crase fin juillet, après sa diffusion la semaine passée par Mediapart, a appris franceinfo de source judiciaire.

D'après le média d'investigation en ligne, cela fait suite "à [leurs] révélations de la semaine dernière". Jeudi 31 janvier, Mediapart a publié les extraits d'une conversation entre Alexandre Benalla et Vincent Crase, gendarme réserviste, quelques jours après leurs mises en examen pour "violences en réunion par personne chargée d'une mission de service public".

"Le parquet de Paris a été rendu destinataire d'éléments ayant justifié l'ouverture d'une enquête préliminaire des chefs d'atteinte à l'intimité de la vie privée et de détention illicite d'appareils ou de dispositifs techniques de nature à permettre la réalisation d'interception de télécommunications ou de conversations", a appris franceinfo de source judiciaire. "Dans ce cadre, deux magistrats du parquet, accompagnés d'enquêteurs se sont présentés dans les locaux de Mediapart ce jour afin de saisir les enregistrements diffusés la semaine dernière", a précisé cette même source.

Celle-ci confirme aussi "qu'il n'y a pas eu de plainte déposée par Alexandre Benalla ou Vincent Crase. Cette enquête a été ouverte sur le fondement d'éléments transmis au parquet sur lesquels je n'ai pas de précisions à apporter à ce stade".

Un acte "inédit"

"Cette enquête, qui vise les enregistrements révélés par Mediapart, est susceptible d'atteindre le secret des sources de notre journal. C'est pourquoi nous avons refusé cette perquisition, comme la loi nous y autorise", a précisé à franceinfo Fabrice Arfi, un des journalistes de Mediapart. C'est "un acte inédit - et particulièrement grave - dans l'histoire de Mediapart. Articles à venir", poursuit le média sur son compte Twitter.

Selon les informations recueillies par franceinfo, le procureur n'exclut pas de revenir avec un mandat du juge des libertés et de la détention.