Résultats européennes 2019 : première force de gauche, la liste Europe Ecologie-Les Verts obtient 13,47% des voix

Le parti écologiste devance largement La France insoumise (6,31%) et la liste menée par le PS et Place publique (6,19%).

Le parti EELV tient un meeting à l\'approche des élections européennes, le 10 avril 2019 à Villeurbanne (Rhône).
Le parti EELV tient un meeting à l'approche des élections européennes, le 10 avril 2019 à Villeurbanne (Rhône). (NICOLAS LIPONNE / NURPHOTO / AFP)

Elle profite de la popularité de la thématique du climat. La liste d'Europe Ecologie-Les Verts a obtenu 13,47% des voix lors des élections européennes dimanche 26 mai, les résultats consolidés communiqués par le ministère de l'Intérieur. La liste emmenée par Yannick Jadot va ainsi envoyer 12 à 13 députés à Strasbourg et Bruxelles. 

>> Suivez en direct les résultats des européennes : résultats, réactions, analyses...

Les écologistes réussissent ainsi leur pari, malgré une forte concurrence. En effet, la campagne a été largement marquée par la division de la gauche. Après la diffusion des premières estimations, EELV semble tirer son épingle du jeu en arrivant en tête des six listes proposées à gauche.

Quel était l'objectif du parti ?

L'ambition était claire : quelques jours avant le scrutin, Yannick Jadot affirmait encore son objectif de parvenir à recueillir 15% des voix, dans une interview aux Echos, même si les écologistes oscillaient entre 7% et 10% dans les sondages. "En 2009, nous avons fait 16% alors que nous étions à 8% la semaine d'avant, soulignait-il. J'espère capitaliser sur nos solutions, l'enthousiasme que nous portons autour d'un projet européen renouvelé et sur le caractère socialement prometteur de la transition écologique."

"Je garde donc l'objectif des 15%", concluait l'eurodéputé, qui s'était donné cette ambition dès l'an dernier. Autre but recherché : passer devant La France insoumise, qui a joué le rôle de principal adversaire lors de cette campagne. Les deux partis se disputaient en effet la première place à gauche et la quatrième de l'élection. 

Quel est le score obtenu ?

Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, la liste d'EELV a obtenu 13,47% des voix. Le parti écologiste arrive ainsi derrière le Rassemblement national (23,31%) et La République en marche (22,41%). Surprise : EELV dépasse Les Républicains (8,48%), La France insoumise (6,31%) et la liste menée par le PS et Place publique (6,19%).

Made with Flourish

Comment a réagi le parti ?

"C'est une vague verte européenne dont nous sommes les acteurs, s'est réjoui Yannick Jadot dimanche soir. Nous voulons que l'écologie devienne la matrice qui fasse vivre, évoluer, grandir, prospérer notre société", a-t-il continué. La tête de liste EELV a particulièrement salué la jeunesse : "Je suis très heureux que les jeunes se soient emparés de ce scrutin, beaucoup plus que prévu. Il n'est pas exclu que l'écologie soit la première force politique chez les jeunes, c'est un magnifique message d'avenir."

Yannick Jadot a également annoncé "la mise sur pied dans les prochains jours" d'un "comité citoyen de surveillance et d'initiative sur l'Europe". Il sera constitué d'"acteurs de la société civile, des syndicats, des scientifiques, des entreprises et des citoyens" et aura pour but "[d'évaluer] en permanence le travail des institutions européennes".

Qui sont les candidats élus ?

Au plus haut de la liste écologiste figure Yannick Jadot, 51 ans. L'ancien directeur général des campagnes de Greenpeace retrouvera son siège au Parlement européen dès juillet, comme le prévoient les règles du scrutin proportionnel. Il est suivi, dans l'ordre, par la députée européenne sortante Michèle Rivasi, 66 ans, puis par le maire de Grande-Synthe (Nord), Damien Carême, 58 ans, connu pour avoir installé dans sa ville un camp pour les réfugiés en partenariat avec Médecins sans frontières. 

Figurent ensuite Marie Toussaint, 31 ans, présidente de l’ONG Notre affaire à tous, David Cormand, 44 ans, actuel secrétaire national d'EELV, Karima Delli, 40 ans, députée européenne sortante, Mounir Satouri, 43 ans, président des élus EELV au conseil régional d'Ile-de-France, ou encore Caroline Roose, 50 ans, fondatrice du mouvement Alliance écologique indépendante.

Avec quel groupe vont-ils siéger ?

"Les écologistes siégeront comme toujours avec le groupe des Verts/ALE", affirmait Yannick Jadot à Marianne il y a quelques jours. "Nous sommes clairs et cohérents sur nos positions comme sur nos actes." Les élus de la liste Europe Ecologie-les Verts siégeront aux côtés de leurs collègues écologistes de Bündnis 90/Die Grünen (Allemagne), Die Grünen (Autriche) ou encore du Miljöpartiet de gröna (Suède).

Très attaché à la parité, le parti vert européen est dans la course à la présidence de la Commission avec deux candidats, un homme et une femme, comme il l'avait déjà fait lors des dernières élections en 2014. Il s'agit de l'Allemande Ska Keller, 37 ans, déjà candidate en 2014, et du Néerlandais Bas Eickhout, 42 ans.

Que va-t-il se passer maintenant ?

Europe Ecologie-les Verts réinvestit quelques sièges perdus au Parlement européen. Après un score de 16,28% aux élections de 2009, le parti écologiste n'avait obtenu que 8,95% des voix en 2014. EELV envoie cette année 12 à 13 députés de plus à Strasbourg et Bruxelles. 

Toutefois, malgré cette augmentation, ces élections ont surtout mis en avant les divisions qui règnent au sein de la gauche. Avec pas moins de six listes en présence (LFI, EELV, PS-Place Publique, PCF, Génération.s, LO), "il y a un vrai mécontentement de l'électorat sur l'incapacité de la gauche à s'unir", notait pendant la campagne Frédéric Dabi, de l'institut de sondage Ifop.

Par ailleurs, EELV a dû affronter la concurrence de La République en marche, qui a recruté l'ex-ministre vert Pascal Canfin, placé en deuxième position, et fait de l'écologie l'un de ses axes de campagne. Même si Yannick Jadot dit se réjouir "que tout le monde parle de l’écologie", le parti devra donc regagner des voix sur son thème de prédilection en vue des élections municipales.