Election présidentielle : les écologistes lancent une plateforme pour définir leur futur programme

Ce site baptisé "Les Ecologistes 2022" doit recueillir les contributions citoyennes et servir de base à la définition d'un programme écologiste en vue de la présidentielle et des législatives.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des élus écologistes derrière une banderole d'Europe Ecologie Les Verts, lors d'une manifestation à Paris le 28 mars 2021. (RAPHAEL KESSLER / HANS LUCAS / VIA AFP)

Les cinq organisations du pôle écologiste (EELV, Générations, le Mouvement des progressistes, Cap écologie et Urgence écologie), ont présenté leur plateforme programmatique participative en vue de l'élection présidentielle de 2022, lundi 12 avril. "C'est un signe très fort car les écologistes se sont souvent entravés", s'est félicité le chef d'EELV Julien Bayou. "Là, on travaille main dans la main." Cette première étape doit mener à la désignation de leur candidat à la primaire de septembre. Nommé "Les Ecologistes 2022", ce site internet est destiné à recevoir à partir de mardi les contributions de la société civile.

Inspiré de la plateforme de la Convention citoyenne mise en place par l'exécutif, il doit accueillir des contributions jusqu'à la mi-juin, avant une pause pour les régionales et départementales. Le 12 juillet, le projet, qui concerne à la fois la présidentielle et les législatives, sera validé par le pôle écologiste. La primaire écologiste, elle, aura lieu sur deux tours en septembre, du 16 au 19 et du 25 au 28. Ceux qui veulent voter pourront s'inscrire à partir de début mai, "en payant deux euros et en signant une charte d'adhésion à nos valeurs, tandis que les candidats se présenteront à partir de début juillet jusqu'au 12 juillet", a précisé Hélène Hardy, responsable des élections chez EELV.

Cette plateforme est lancée au moment où plusieurs voix écologistes réclament un socle plus large dans la désignation du futur candidat. L'ancien candidat à la présidentielle Noël Mamère a par exemple estimé, dans un entretien accordé au Figaro, que le périmètre et le timing de la primaire, tels qu'ils étaient prévus, constituaient un "suicide" politique. Dans un courrier consulté par l'AFP, plusieurs membres de l'exécutif et du conseil fédéral ont appelé la direction à soutenir ouvertement l'initiative de dialogue lancée par l'eurodéputé Yannick Jadot, avec une réunion samedi de plusieurs dirigeants de gauche. Mais le secrétaire national d'EELV, Julien Bayou, a rappelé que sa priorité était de "construire le rassemblement", certes "le plus large" mais "d'abord au sein du pôle écolo".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.