Écologie : Le maire EELV de Tours, Emmanuel Denis, dénonce "le vieux monde qui résiste"

Élu en mai dernier, l'élu écologiste a récemment décidé de piétoniser le pont Wilson, qui relie le centre et le nord de la ville. "On ne reviendra pas en arrière", prévient-il malgré les oppositions que suscite la mesure. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le maire (EELV) de Tours, Emmanuel Denis. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

"Bien sûr, il y a le vieux monde qui résiste", a déclaré, samedi 22 août sur franceinfo le maire EELV de Tours (Indre-et-Loire), Emmanuel Denis, deux mois après son élection comme nouveau maire, et alors que se tiennent ce week-end les "journées d'été des écologistes" à Pantin (Seine-Saint-Denis). Le nouveau maire est notamment revenu sur sa décision de fermer aux automobilistes le pont Wilson, qui relie le centre et le nord de la ville.

40 km de voies cyclables sécurisées

"Effectivement, c'est une décision forte, mais qui, je pense, convaincra bientôt. On ne reviendra pas en arrière. Aujourd'hui, on a quelque résistance, mais il faut laisser un peu le temps que les choses s'installent, que les nouvelles habitudes s'installent, veut croire Emmanuel Denis. Le nouveau maire écologiste de Tours se dit confronté à des défis "énormes" en matière "de transition et de lutte contre le dérèglement climatique". "Cette révolution des mobilités, on doit la faire et ça passe par ce type de décision, poursuit-il. Donc, je pense que cette décision, on ne reviendra pas dessus".

Emmanuel Denis a également rappelé son engagement "de faire 40 km de voies cyclables sécurisées" d'ici à la fin de son mandat. "Nous avons aussi prévu, dès le mois de septembre, des aides à l'achat de vélos. Ce que nous souhaitons, c'est que cela puisse être complémentaire avec le coup de pouce gouvernemental qui permet d'avoir 200 euros d'aide pour l'achat d'un vélo. Donc, on va essayer de combiner ce qui existe déjà et de rajouter à l'aide à l'achat de vélos", promet l'élu écologiste.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.