Cet article date de plus de trois ans.

Dominique Strauss-Kahn appelle à la disparition du Parti socialiste

L'ancien ministre n'a pas caché son souhait de voir son parti mourir, dans un entretien en marge de la World Policy Conference de Marrakech (Maroc), samedi 4 novembre. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien ministre socialiste Dominique Strauss-Kahn, le 17 février 2015 à Lille (Nord).  (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Il souhaite sa disparition pure et simple. L'ancien ministre socialiste Dominique Strauss-Kahn a appelé de ses voeux la mort de son parti, le Parti socialiste, dans un entretien réalisé en marge d'un colloque de la World Policy Conference, samedi 4 novembre à Marrakech (Maroc). 

"Il est temps qu'il disparaisse et qu'une autre force, peut-être avec une partie des mêmes membres, apparaisse" a déclaré l'ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI). L'ancien ministre juge notamment le Parti socialiste coupable de ne pas avoir su s'adapter à la mondialisation. 

Le PS, dit-il, n'a "pas su accompagner la mondialisation, se transformer quand le monde se transformait". "Le PS n'a pas d'avenir et c'est une bonne chose", a-t-il ajouté, rapporte le Journal du Dimanche.

Des réformes pas assez rapides

"Le temps est venu de renouveler le centre gauche français", a martelé Dominique Strauss-Kahn, discret dans les médias depuis son arrestation à New York (Etats-Unis) en 2011 et les accusations d'agressions sexuelles à son encontre. Selon le Journal du dimanche, l'ancien ministre a également affirmé que le président de la République, Emmanuel Macron, pourrait mettre en œuvre plus rapidement ses réformes. 

Le Parti socialiste a subi deux revers majeurs en 2017, avec l'élimination de Benoît Hamon dès le premier tour de l'élection présidentielle, puis aux élections législatives, qui se sont soldées par l'élection d'une trentaine de députés sous sa bannière. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.