Cet article date de plus de six ans.

Dix parlementaires français en Russie et en Crimée : Fabius "choqué"

A l'initiative de l'association "Dialogue franco-russe", que co-préside le député Thierry Mariani, une délégation de parlementaires français se rendra jeudi et vendredi en Russie et en Crimée, contre l'avis du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (C’est la première fois qu’une délégation européenne de parlementaires, visite la Crimée, depuis l’introduction des sanctions qui interdisent notamment les activités touristiques dans la péninsule. © Maxppp)

A l'initiative de l'association "Dialogue franco-russe", que co-préside le député Thierry Mariani, députés et sénateurs se rendront notamment en Crimée. Une première depuis l'annexion de la péninsule à la Russie. Au total, dix parlementaires devraient être du voyage, dont huit appartiennent au parti Les Républicains : Thierry Mariani, Nicolas Dhuicq , Claude Goasguen, Jacques Myard, Patrice Verchère, Sauveur Gandolfi-Scheit et Marie-Christine Dalloz. Dans cette délégation également : les sénateurs UDI de Paris Yves Pozzo di Borgo et le député radical de Charente Jérôme Lambert. 

Si l’on en croit Thierry Mariani, une partie des parlementaires veut se rendre compte sur place de la situation, l’autre étant déjà convaincue du caractère inéluctable de l’annexion de la Crimée par la Russie. "Nous ne représentons ni le gouvernement, ni la totalité du Parlement. Elus du peuple, nous exprimons notre conviction, à savoir que couper tout contact avec la Russie est une énorme erreur ", martèle le député des Français de l’étranger. D’ailleurs, dit-il : "Le quai d’Orsay a fait connaître son vif mécontentement ".

"Elus du peuple, nous exprimons notre conviction, à savoir que couper tout contact avec la Russie est une énorme erreur " - Thierry Mariani, député Les Républicains des Français à l'étranger au micro d'Hervé Toutain
écouter

Lors d'une séance à huis clos de la Commission des affaires étrangères, le ministre de la diplomatie Française s'est dit "choqué " de cette décision. Mais cela n'a pas découragé Thierry Mariani : "Laurent Fabius a été très clair, en nous disant – et ce n’était pas une surprise – qu’il était totalement hostile à ce déplacement. Nous avons pris acte de sa position et simplement rappelé que les parlementaires sont libres de leurs mouvements", confie-t-il.  

"Il y a une séparation des pouvoirs. Vous savez, on donne des leçons de démocratie au monde entier. Eh bien, la leçon de démocratie c’est que si le ministre veut quelque chose, les députés peuvent faire autre chose ."

 

Les parlementaires sont invités par l’ONG russe "Forum pour la paix", le déplacement ne coûte donc rien aux contribuables, a souligné encore Thierry Mariani, qui ajoute enfin que toutes les conditions de transparence requises ont été remplies auprès des bureaux de l’Assemblée Nationale et du Sénat. Le député avait précisé antiérieurement que le programme de la visite comprendrait des passages à Moscou, Yalta, Simferopol et en Crimée. 

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.