Cet article date de plus d'onze ans.

Des responsables départementaux MoDem de Charente-Maritime ont accepté samedi la proposition de Ségolène Royal

La présidente de Poitou-Charentes leur a offert cinq places éligibles (deux en Charente-Maritime et une dans chacun des trois autres départements de la région ) sur ses listes aux élections régionales."Je suis très heureuse que des gens aient le courage, malgré les menaces, de venir dès le premier tour", a déclaré l'ex-candidate à l'Elysée.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Ségolène Royal en meeting à la Rochelle dans la campagne des régionales (16 janvier 2010) (AFP/JEAN-PIERRE MULLER)

La présidente de Poitou-Charentes leur a offert cinq places éligibles (deux en Charente-Maritime et une dans chacun des trois autres départements de la région ) sur ses listes aux élections régionales.

"Je suis très heureuse que des gens aient le courage, malgré les menaces, de venir dès le premier tour", a déclaré l'ex-candidate à l'Elysée.

"Les voir menacés comme cela de sanctions, cela me peine car c'est d'une autre époque, (...) c'est incompréhensible. Il faut en finir avec des méthodes du passé", a-t-elle affirmé.

Ségolène Royal avait déjà obtenu le ralliement sur sa liste de Verts, de Radicaux ainsi que de deux syndicalistes et elle a affirmé samedi espérer obtenir rapidement celui de communistes.

Royal refuse de répondre aux critiques de Bussereau
Elle a, d'autre part, refusé lors d'un meeting à La Rochelle de répondre aux critiques de son adversaire UMP, Dominique Bussereau, qui a jugé son bilan "navrant".

"Je ne veux pas que le débat politique soit dégradé, je trouve que ces attaques politiques sont déplacées, je ne les écoute pas, j'attends les projets et pour le moment, je n'en vois pas", a affirmé samedi après-midi à la presse Mme Royal, à l'issue d'un meeting de campagne pour les élections régionales qui a réuni environ 1.000 sympathisants. "A titre personnel, je pense que face à la crise, les gens méritent autre chose que ce niveau très bas du débat politique", a poursuivi Mme Royal.

Bussereau : "nous n'avons pas besoin de traîtres qui nous rejoignent"
Dominique Bussereau, tête de liste UMP pour les régionales en Poitou-Charentes, qualifié, lors d'une réunion de campagne à Fouras, le bilan de la présidente sortante de "navrant" et lui a reproché de n'être "ni bonne, ni efficace" ainsi que de prendre "des mesures clinquantes faites pour attirer le gogo".

Le secrétaire d'Etat aux Transports a également fait allusion à la proposition de Mme Royal d'offrir aux centristes cinq places éligibles dès le premier tour. "Nous n'avons pas besoin de traîtres qui nous rejoignent, qui quittent leur famille politique" et à ce titre, "j'ai une pensée particulière pour le MoDem", a ajouté Dominique Bussereau.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.