Cet article date de plus de huit ans.

Des milliers d'intermittents marchent contre le Medef

Plusieurs milliers d'intermittents ont défilé à Paris jeudi après-midi, en direction du siège du Medef. Ils reprochent au patronat son insistance à vouloir supprimer leur régime spécial chômage. 112. 000 personnes en ont bénéficié en 2012. L'avant-dernière séance de négociations sur l'assurance chômage s'annonçait tendue.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Radio France)

Sur le dossier sensible
de l'indemnisation des intermittents, le Medef persiste et signe, sur sa
volonté d'en supprimer la spécificité. D'ici le 13 mars, les partenaires
sociaux doivent s'accorder sur une nouvelle convention d'assurance-chômage. Le
contexte de déficit et d'endettement porte aux discussions serrées, il faut y ajouter un chômage record.

Les intermittents au
front

Les intentions du Medef
officiellement dévoilées le 12 février dernier ont mis le feu au poudre à une
profession qui se protège, depuis l'échec en 2003 d'une remise en cause de son
système. La fronde des intermittents avaient conduit à l'annulation de plusieurs
festivals d'été. La récente mouture du patronat pour réformer leur statut provoque
à nouveau de vives réactions.
Le porte-parole de la Coordination des
intermittents Samuel Churin a parlé de "déclaration de guerre" . Ce jeudi
sur France Info, date d'un nouveau rendez-vous des partenaires sociaux, Jean-François Roubaud à la tête de la Confédération générale
des petites et moyennes entreprises (CGPME) a redit son intention "de regarder
là où il y a des aberrations."

Pour Mark Sleeper de
la Fédération CGT spectacle, l'approche du patronat sur la comptabilité est "révoltante : pendant les périodes de non-travail, nous ne sommes pas en vacances."

►►►A lire aussi : le détail du régime-chômage des intermittents

Un soutien appuyé de la ministre de la Culture aux intermittents

A plusieurs reprises,
Aurélie Filippetti est montée au créneau pour défendre "son attachement" et "l'attachement du gouvernement au régime d'assurance chômage des intermittents." La ministre de la Culture a dit "non" au financement par l'Etat d'un régime
particulier, quel qu'il soit. Sur France Info jeudi, la ministre a estimé "inacceptable
la provocation du Medef."

Le Medef n'a pas à se
défausser sur l'Etat, il faut garder le principe de la solidarité
inter-professionnelle.

Selon la CGT de l'intérim,
quelques dizaines d'intérimaires du spectacle ont occupé jeudi matin quatre
agences de travail temporaire à Nantes, Lyon et Paris. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.