Cet article date de plus de six ans.

Départementales : le FN en tête à 28%, selon un sondage

Ces élections pour renouveler l'ensemble des conseils départementaux se tiendront en mars 2015.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Marine Le Pen prononce un discours, le 29 novembre 2014, au Congrès du Front national, à Lyon (Rhône). (JEFF PACHOUD / AFP)

A quatre mois des élections départementales, le FN se place dans la meilleure des positions. Selon une enquête d'opinions Odoxa-Orange/Presse régionale/France inter/L'Express publiée mardi 16 décembre, 28% des Français comptent voter pour le Front national aux élections de mars 2015. L'UMP obtiendrait 25%, "le PS et ses alliés" 17%. Le Front de gauche est crédité de 9%, l'UDI et Europe Ecologie-Les Verts de 7% chacun, le MoDem de 5%, l'extrême gauche de 2%. 27% des sondés de l'échantillon ne se sont pas prononcés.

Le FN, un parti comme les autres pour 58% des sondés

Si un second tour de ces élections qui visent à renouveler l'ensemble des conseils départementaux devait mettre aux prises le PS, l'UMP et le Front national, ces partis obtiendraient respectivement 32%, 39% et 29% (là encore, 27% ne se prononcent pas). Odoxa souligne toutefois que cette hypothèse d'une triangulaire n'est "sans doute pas la plus probable" car il faut obtenir 12,5% des inscrits pour figurer au second tour.

D'autre part, 58% des personnes interrogées (contre 42% en septembre 2010 et 53% en mars 2014) sont d'accord avec l'idée que "le Front national devrait être à présent considéré comme un parti comme les autres". 41% ne sont pas d'accord avec cette proposition. Enfin, Marine Le Pen et sa nièce Marion Maréchal-Le Pen sont les personnalités les plus rejetées par les sondés, en l'occurrence par 54% d'entre eux.

Enquête réalisée par internet les 11 et 12 décembre auprès d'un échantillon de 1 002 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.