Le Medef demande un nouveau vote sur le congé de 12 jours octroyé aux parents en cas de décès d'un enfant

L'octroi de ces 12 jours de congés, demandé par le groupe centriste UDI-Agir, n'a été rejeté que par 40 voix contre 38, après avoir été adopté en commission la semaine dernière. Le Medef y est favorable.

L\'Assemblée nationale à Paris, le 21 janvier 2020. 
L'Assemblée nationale à Paris, le 21 janvier 2020.  (BERTRAND GUAY / AFP)

Le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a demandé, vendredi 31 janvier, un nouveau vote pour la proposition de loi du groupe UDI-Agir d'instaurer un congé de deuil de douze jours plutôt que cinq aux parents pour le décès d'un enfant, rejetée d'extrême justesse par les députés.

"C'est une évidence et c'est lancé" a répondu dans un tweet Geoffroy Roux de Bézieux à l'ancienne présidente de l'organisation patronale Laurence Parisot, qui avait estimé un peu plus tôt que "le Medef s'honorerait à demander un nouveau vote de cette proposition".

L'octroi de douze jours de congés aux parents, demandé par le groupe centriste UDI-Agir, n'a été rejeté que par 40 voix contre 38, après avoir été adopté en commission la semaine dernière. 

Cinq jours, pas suffisants pour "reprendre pied" 

Le rapporteur Guy Bricout (UDI-Agir) avait jugé que cinq jours n'étaient "pas à la hauteur" pour "reprendre pied suite à la mort d'un enfant", en appelant à l'"humanité" de ses collègues. Il a rappelé que chaque année en France, 4 500 enfants meurent avant d'avoir atteint la majorité.

En réponse, Sereine Mauborgne (LREM) avait défendu la "possibilité pour l'employeur de créer un compte de don", la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, mettant aussi en avant un "élan de solidarité" avec le don de RTT pour un collègue endeuillé.