VIDEO. "Laurent Wauquiez et Marine Le Pen se défilent. Moi, j'y vais", lance Nicolas Dupont-Aignan, qui conduira "une liste d'union" aux européennes

Le président de Debout la France et député de l'Essonne, Nicolas Dupont-Aignan, était l'invité des "4 Vérités" de France 2, lundi.

Voir la vidéo
France 2

Le président de Debout la France (DLF) Nicolas Dupont-Aignan a annoncé, dimanche 23 septembre, qu'il conduirait une "liste d'union" pour les élections européennes de mai 2019, lançant un "appel solennel" aux membres et électeurs des Républicains (LR) comme du Rassemblement national (RN).

Nicolas Dupont-Aignan s'explique lundi matin dans "Les 4 Vérités". "Je ne fais pas bande à part. Il y a une occasion unique en mai 2019 d'avoir un Parlement européen avec une majorité de députés qui arrêtent cette folie européenne, la manière dont est construite aujourd'hui l'UE."

"Au moment où il y a une crise européenne, les chefs de parti comme Laurent Wauquiez et Marine Le Pen se défilent. Moi, j'y vais", lance le député de l'Essonne. "J'ai soutenu Marine Le Pen quand elle était candidate, qu'elle me soutienne à son tour", poursuit-il. 

"Mon objectif est de bouleverser la vie politique à droite pour qu'on sorte de la division, qu'on ait un beau projet et que les Français reprennent espoir en la politique. Je veux faire l'union des patriotes et des républicains", affirme Nicolas Dupont-Aignan.

La baisse des impôts le fait "hurler de rire"

"Emmanuel Macron est le seul à avoir un projet européen. Il a la franchise de dire qu'il veut une Europe fédérale, supra nationale. Je relève ce défi et je dis qu'il faut une autre Europe que celle de Macron", déclare le président de DLF. Il voit "un triste mensonge" dans l'allègement d'impôts de 6 milliards d'euros pour les ménages prévu dans le budget 2019 dévoilé lundi. "Cela me ferait hurler de rire si ce n'était pas tragique".

Il a rappelé que "les taxes sur l'essence et le diesel vont augmenter de 3 milliards au 1er janvier, les retraités vont perdre 1,5% de pouvoir d'achat, car les retraites ne sont plus indexées, ce qui est une spoliation".

Le député Debout la France Nicolas Dupont-Aignan, le 5 juin 2018 à l\'Assemblée nationale, à Paris. 
Le député Debout la France Nicolas Dupont-Aignan, le 5 juin 2018 à l'Assemblée nationale, à Paris.  (BERTRAND GUAY / AFP)