Cet article date de plus de cinq ans.

Copé toujours en froid avec Sarkozy

L’ancien patron de l’UMP s’est réconcilié avec ses anciens ennemis mais pas avec le nouveau président du parti.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Nicolas Sarkozy et Jean-François Copé ici en juillet 2013 (illustration) © MaxPPP)

Même son ennemi juré a répondu à ses vœux. François Fillon a renvoyé une banale formule de politesse par SMS au message de bonne année de Jean-François Copé. Pas un signe en revanche du nouveau président du parti Les Républicains. Le député-maire de Meaux ne cherche pas non plus à reprendre contact avec Nicolas Sarkozy. Il n’a pas digéré la charge de l’ancien chef de l’Etat contre lui dans l’affaire Bygmalion. "Je ne le vis pas très bien" confie Jean-François Copé.

Comptes de campagne

Début septembre, alors qu’il était reçu en audition libre par la brigade anti-corruption, Nicolas Sarkozy a laissé entendre que Jean-François Copé était au courant de l’état de ses comptes de campagne. De quoi semer le doute sur la responsabilité de l’ex-patron de l’UMP sur ce système de fausses factures. "Je suis serein car je sais que je suis innocent - dit aujourd’hui Jean-François Copé - d’ailleurs je ne fais l’objet d’aucune poursuite" .

Dernier tête à tête en juillet dernier

La dernière fois qu’il se sont vus en tête à tête, c’était en juillet dernier pour discuter du sort d’une fidèle de Jean-François Copé. Nicolas Sarkozy voulait l’informer de sa décision de retirer à Michèle Tabarot son titre de secrétaire départementale des Alpes-Maritimes. Depuis, pas de déjeuner, ni de coup de téléphone, pas le plus petit SMS. C’est Brice Hortefeux, l’ami de l’ex-chef de l’Etat, qui fait le lien entre les deux hommes mais aucun rendez-vous de "réconciliation" n’est inscrit à leurs agendas respectifs.

Une info du zapping politique de France Info diffusé du lundi au vendredi à 8h23 et 10h10.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.