Cheminade, l'étrange candidat qui avait annoncé la crise financière

Cet énarque de 70 ans se fait remarquer par ses théories fumeuses, son projet de coloniser Mars, ses relations controversées et par le fait d'avoir prédit, dès 1995, l'éclatement du système financier.

Jacques Cheminade lors du lancement de sa campagne, le 19 mars 2012 à Chevilly (Loiret).
Jacques Cheminade lors du lancement de sa campagne, le 19 mars 2012 à Chevilly (Loiret). (CHRISTELLE BESSEYRE / MAXPPP)

A 70 ans, Jacques Cheminade est le candidat surprise de la présidentielle. Recueillant un peu plus de 530 parrainages d'élus locaux, cet illustre inconnu (ou presque) a réussi là où Dominique de Villepin, ancien Premier ministre, ou Corinne Lepage, ministre de l'Environnement entre 1995 et 1997, ont échoué. Alors que la campagne officielle s'ouvre, FTVi dresse son portrait.

• Un "gaulliste de gauche" proche des thèses négationnistes et conspirationnistes

Président du parti Solidarité et progrès, Jacques Cheminade rassemble autour de lui quelques dizaines de militants. Né en Argentine en 1941, arrivé en France à l'âge de 18 ans, il est diplômé de HEC en 1963 et de l'ENA six ans plus tard. Haut-fonctionnaire au ministère de l'Economie jusqu'en 1981, il devient en 1982 secrétaire général de l'antenne française du Parti ouvrier européen, une émanation de l'US Labor Party. Ce mouvement a été fondé aux Etats-Unis par Lyndon LaRouche, dont les propos oscillent entre racisme, négationnisme, complotisme, antisémitisme et homophobie, comme le rappelle le site Rue89

Le site Conspiracywatch, "observatoire des théories du complot", rappelle également que LaRouche est "persuadé que l'accession de Hitler au pouvoir en Allemagne a été planifiée par le Royaume-Uni ; que les Beatles sont une émanation des services de propagande britanniques ; que l'administration Bush a elle-même commandité les attentats du 11 Septembre ; que la reine Elisabeth II contrôle le trafic de drogue international ; que l'homosexualité est un coup du KGB...".

S'il tente aujourd'hui de relativiser certaines de ces positions controversées, Jacques Cheminade, qui se définit comme un "gaulliste de gauche", n'en reste pas moins un ami proche de Lyndon LaRouche, dont le nom apparaît d'ailleurs à de multiples endroits sur le site internet de son parti et sur celui de sa campagne. Quant à son parti, Solidarité et progrès, Le Monde souligne qu'il a été cité dans le rapport de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires de 2005. La Miviludes constatait que "les étudiants constituent une cible privilégiée pour ce parti qui, sous l'apparence d'une idéologie politique 'anti-Bush' et avec une image alternative aux mouvements politiques constitués, joue sur la fibre engagée et idéaliste des étudiants".

• Un candidat qui prophétisait la crise financière dès 1995

Reste que Jacques Cheminade a déjà été candidat à l'élection présidentielle, en 1995. Même s'il n'avait recueilli que 0,28% des voix au premier tour, il peut se targuer d'avoir prédit avant tout le monde l'implosion du système économique international. 

Ecoutez par exemple cet extrait audio, issu d'un journal de TF1 d'avril 1995, dans lequel il évoque ce risque de crise :

Cette année, le voilà à nouveau en guerre contre "l'oligarchie financière de la City et de Wall Street, la même qui a promu et aidé Hitler en son temps". Et de proposer, en vrac, la sortie de l'euro, la séparation des banques d'affaires et des banques de dépôt, la mise sous contrôle temporaire des banques privées, une fusion de l'impôt sur le revenu et de la CSG, une TVA sociale dont les taux varieront selon les produits ou encore une taxe européenne sur les transactions financières.

• Un défenseur de propositions pour le moins iconoclastes

Mais Jacques Cheminade se distingue surtout des autres candidats par un certain nombre de propositions quelque peu surprenantes. En tête : "coloniser la Lune et Mars", "former des brigades d'intervention artistiques pour amener la musique classique dans les cours d'immeubles ou les halls de gare", "promouvoir l'aérotrain de l'ingénieur Bertin" plutôt que le développement du réseau TGV, la mise en place d'un "pont terrestre eurasiatique" reliant à grande vitesse la France à la Chine, "lancer une grande émission culturelle à la télévision nommée L'art et la science au peuple", "interdire les jeux vidéo violents et surtaxer tous ceux étant dépourvus de contenu pédagogique"...

Des propositions que Jacques Cheminade aura sans doute à cœur de développer dans les médias d'ici au 22 avril : depuis le 20 mars, il bénéficie en tout cas d'un temps de parole absolument égal à celui de n'importe quel autre candidat à la télévision et à la radio. Selon les derniers sondages publiés, Jacques Cheminade est crédité de moins de 0,5% d'intentions de vote.