Campi : le village où il y a plus de candidats que d'habitants

REPORTAGE | En Haute-Corse, le petit village de Campi a la particularité de compter plus de candidats aux prochaines municipales que d'habitants. Ils sont 22 à avoir déposé leur candidature alors que, selon le dernier recensement, 18 personnes habitent le hameau et 44 sont officiellement inscrites sur les listes électorales.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Dans certaines communes, il n'y a aucun candidat pour les prochaines municipales. A Campi, c'est l'inverse, il y en a trop. Dans ce petit village de 18 habitants à l'année, perché à flanc de montagne, "22 personnes se sont officiellement déclarées pour sept sièges au conseil municipal ", précise la préfecture de Haute-Corse.

Comment expliquer un tel engouement ? "Au début, je me suis dit qu'il devait y avoir une mine d'or ou une mine de diamant sur le ban de la commune pour qu'autant de personnes souhaitent devenir maire ", plaisante Ghislaine Filippi, originaire du village et candidate aux municipales.

"Plus sérieusement, le problème c'est que plusieurs dizaines de personnes qui n'ont rien à voir avec Campi ont été inscrites sur les listes électorales le 31 décembre, au dernier moment, par procuration ", poursuit cette femme de 55 ans qui partage sa vie entre Paris et son village.


Or selon la loi
, pour être candidat dans une commune, il faut "justifier d'une lien avec celle-ci (...) Cette attache apparaît à travers soit la qualité d'électeur de la commune, soit la qualité de contribuable de la commune ".

44 électeurs officiellement inscrits

Ce qui n'est pas le cas à Campi selon Ghislaine Filippi. Elle, et d'autres, ont donc contesté ces inscriptions litigieuses en déposant une trentaine de recours. Au final, 16 personnes ont été radiées et dix ajoutées, portant à 44 le nombre d'électeurs officiellement inscrits, contre 36 lors des élections précédentes. "On a attaqué car des gens étaient inscrits sur une vague facture EDF de 30 euros sur l'année. C'était évident qu'ils n'habitaient pas là ", explique la candidate.

"Il y a des gens qui se sentent des vocations. Comme le village est un peu en déshérence, ça aiguise les appétits de certains ", poursuit de son côté Marie-Louise Vernet-Cristiani, professeure à Corte et également candidate.

L'enjeu serait en fait la voix que représente Campi dans la communauté de communes de l'Oriente. "C'est véritablement là-bas que se décident les choses. Pour certains candidats, gagner la mairie de Campi permettrait de gagner l'intercommunalité ", assure Françoise Curabet, la maire sortante, également candidate. Elle met en cause Gérard Papi "qui habite la commune voisine de Linguizzetta " et "qui n'habite pas le village, ne dort pas au village, n'est jamais ici". Contacté, le candidat n'a pas souhaité répondre à nos questions.

Radié alors qu'il a toujours voté dans le village

"Je ne comprends pas pourquoi, malgré nos demandes, il n'a pas été radié ", renchérit Ghislaine Filippi. Une interrogation partagée par Paul-Félix Costa. Lui a été radié alors qu'il est inscrit à Campi depuis 1997 et est conseiller municipal depuis douze ans. "N'ayant jamais été inscrit ailleurs, je ne pourrai voter nulle part cette année. Il y a des gens qui habitent vraiment à Campi et qui ont été radiés, et d'autres qui n'ont jamais mis un pied au village et qui voteront par procuration, c'est ubuesque ", explique le conseiller municipal.

"C'est la guerre au village , s'énerve Françoise Curabet. Aujourd'hui, il y a quelques personnes avec qui c'est terminé. Ils ont pris fait et cause pour monsieur Papi, alors qu'elles étaient bien contentes de me trouver quand il y avait de la neige, quand il n'y avait pas de pain et que je les dépannais. "

Et l'édile de conclure : "Quand ils auront besoin du maire et qu'ils se rendront compte qu'il n'est pas au village, je me demande comment ils feront ".

La liste des 22 candidats à Campi