Privatisation de la FDJ : quel bilan après la première journée ?

La privatisation de la Française des jeux (FDJ) a été lancée jeudi 7 novembre. Une idée qui séduit les potentiels investisseurs.

Franceinfo

Les Français sont prêts à investir sur la FDJ. Le groupe vient d'entrer en bourse, jeudi 7 novembre. “Si je me motive et que j’ai de l’argent à investir, je suis partant, oui”, estime ce joueur régulier. “C’est une bonne idée, c’est une valeur sûre. Pourquoi ça baisserait la FDJ ? Elle dure depuis les gueules cassées !”, s’exclame ce client. Les conditions de la privatisation ont été fixées : le cours de l’action sera compris entre 16,50 et 19,90 € et chaque acheteur devra investir au minimum 200 €.

Des avantages accordés aux acheteurs

Les investisseurs comme les petits porteurs semblent intéressés par l’ouverture du capital de la FDJ, même si le contexte financier est morose. Si, selon Boursorama, les acquisitions atteignent des records, c’est en raison d’avantages accordés aux acheteurs. Pour inciter les particuliers, le gouvernement propose des rabais, comme une réduction de 2% par action, ou encore une action offerte pour dix actions achetées. La souscription est ouverte jusqu'au 19 novembre, 20 heures. L’État, qui va céder 52% du capital, espère récupérer deux milliards d’euros.

Le JT
Les autres sujets du JT
\"Entrez dans l\'histoire, entrez dans le capital\", affiche la Française des jeux le 7 novembre 2019 sur son siège de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), alors que la souscription pour réserver ses actions débute ce jour.
"Entrez dans l'histoire, entrez dans le capital", affiche la Française des jeux le 7 novembre 2019 sur son siège de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), alors que la souscription pour réserver ses actions débute ce jour. (ERIC PIERMONT / AFP)