Brice Hortefeux veut que Sarkozy soit candidat à la présidence de l'UMP

Dans une interview donnée au journal Le Monde, Brice Hortefeux souhaite que Nicolas Sarkozy soit candidat à la présidence de l'UMP. Ce proche de l'ancien chef de l'État parle de "nécessité".

(Brice Hortefeux veut que Nicolas Sarkozy soit candidat à la présidence de l'UMP © MAXPPP)

"Le retour de Nicolas Sarkozy, qui était une possibilité, devient une nécessité. Je souhaite donc qu'il soit candidat à la présidence de l'UMP à l'automne. " Dans une interview au journal Le Monde Brice Hortefeux lance un appel à Nicolas Sarkozy.

Ce proche de l'ancien chef de l'État estime que le recours à une primaire pour désigner le candidat de l'UMP  est "inutile " lorsqu'un choix "s'impose naturellemen t". Brice Hortefeux se dit donc "totalement opposé " à la proposition d'Alain Juppé pour qui le futur président ne doit pas être candidat à cette primaire".

"Crise de l'opposition tétanisée"

Et si l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy estime que cela est une nécessité c'est que, selon lui, "l'enjeu est double. D'abord, l'opposition républicaine est sans ligne et bientôt sans tête. Sans réaction forte, cela nous condamne. Ensuite la question doit être crûment posée: parmi les trois principales forces  politiques, UMP, FN et PS, quelles seront les deux qualifiées au second tour de la présidentielle ? "

Brice Hortefeux parle d'une "crise de l'opposition, tétanisée par la poussée du Front National " et selon lui, "chacun peut constater qu'il (Nicolas Sarkozy) est le seul dirigeant à avoir trouvé les mots, les gestes et les actes capables d'endiguer la progression du FN. Il l'a montré de manière spectaculaire en 2007 et l'a encore confirmé en 2012 en arrivant dix points devant la candidate du FN alors que les sondages les avaient donnés à égalité. "

Un ballon d'essai

Ces déclarations de Brice Hortefeux c'est comme si Nicolas Sarkozy avait dit : "Je suis candidat à la présidence de l'UMP ", car quand l'ancien ministre parle, c'est forcemment validé par l'ex-chef de l'État. Nicolas Sarkozy accélère donc le tempo et il le fait en réaction à plusieurs choses. Il y a d'abord la nécessité d'exister face aux trois poids lourds (Juppé, Raffarin, Fillon) qui sont sur le point de prendre la direction de l'UMP.

Il y a ensuite la volonté de consolider ses positions car il n'est plus le champion des sondages à l'UMP, talonné par Alain Juppé. Il faut donc que Nicolas Sarkozy réagisse et c'est brice Hortefeux qui lance un ballon d'essai. Le temps pour les sarkozystes d'attendre les réactions avant de passer à l'étape suivante, la déclaration officielle de candidature.

Clarifier sa position

Propos d'Hortefeux, Raffarin "pas surpris"
--'--
--'--

À l'UMP, des premières voix se font entendre après cette interview. Devant la presse parlementaire, Jean-Pierre Raffarin a expliqué qu'il n'était "pas surpris" par les propos de Brice Hortefeux. Roger Karoutchi estime lui que Nicolas Sarkozy doit revenir rapidement :

"Nous sommes un certain nombre à avoir dit à l'ancien chef de l'Etat : 'le retour en politique active au quotidien doit évidemment être plus rapide que tu ne l'imaginais du fait de la situation du pays et de la situation générale de la droite'. "

Pour l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin : "Il est important que Nicolas Sarkozy dise ce qu'il souhaite. Il fait partie des très rares qui ont aujourd'hui la capacité à rassembler la droite. Ceux qui ont cette qualité, et ils ne sont pas nombreux – je vois Nicolas Sarkozy et Alain Juppé – ont la capacité de s'entendre. "

 

 

Pour Dominique de Villepin "Il est important que Nicolas Sarkozy dise ce qu'il souhaite"
--'--
--'--

 

 

Geoffroy Didier; leader du courant sarkozyste la "Droite forte" a lui invoqué des "circonstances historiques" pour justifier le souhait de Nicolas Sarkozy de prendre la présidence de l'UMP.