Cet article date de plus de neuf ans.

Berlin, Rome, Bruxelles, Moscou : comment nos voisins voient la campagne présidentielle française

Au-delà des frontières de l'Hexagone s'intéresse-t-on à la campagne présidentielle française ? Francetv2012 a posé la question à ses correspondants à l'étranger pour le savoir. De Berlin à Moscou, l'intérêt va de fort à modéré. Voire très modéré.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
A Moscou on se demande surtout pourquoi personne ne connaît le résultat... avant le scrutin ! (AFP - Eric Feferberg)

Au-delà des frontières de l'Hexagone s'intéresse-t-on à la campagne présidentielle française ? Francetv2012 a posé la question à ses correspondants à l'étranger pour le savoir. De Berlin à Moscou, l'intérêt va de fort à modéré. Voire très modéré.

De Berlin à Moscou, en passant par Rome et Bruxelles, que pensent et que disent nos voisins de notre campagne présidentielle hexagonale ? S'y intéressent-ils seulement ?

Pour le savoir, Francetv2012 s'est adressé à ses correspondants à l'étranger, les mieux placés pour répondre à ses interrogations. Certaines réponses mettent un petit coup à notre égo tricolore !

A Berlin, Arnaud Boutet note que les Allemands vont enfin s'intéresser à François Hollande... et à Jean-Luc Mélenchon. Il est vrai que depuis cinq ans, la relation franco-allemande est symbolisée des deux côtés du Rhin par le proximité entre "Nicolas" et "Angela".

Reportage : Arnaud Boutet, Nicolas Ducrot, Wiebke Ramisch

Il y a peu de place pour la campagne française dans la presse italienne remarque Renaud Bernard à Rome. Les Italiens, comme les Allemands, ne connaissent guère qu'un candidat. Mais la presse ne parle pas de lui en terme forcément élogieux.

Reportage : Renaud Bernard, Giona Nessina, K.Guillaumain, C.Billi

En Belgique, notre compétition électorale est comparée à une épreuve du PMU relève François Beaudonnet, de Bruxelles. Et elle passionne les Belges autant que les courses de chevaux. Avec paris à l'appui. Et louanges pour la simplicité du processus. Il est vrai qu'en Belgique...

Reportage : François Beaudonnet, H.Verloes, P.Govaerts, J.Helsmoortel, C.Hussin

A Moscou, enfin, Alban Mikoczy confie que les Russes s'intéressent peu à la vie politique française. Il en a trouvé quand même quelques uns qui s'y intéressent beaucoup. Mais ce qui intrigue surtout les Moscovites, c'est qu'on ne connaisse pas le nom du vainqueur avant le scrutin !

Reportage : Alban Mikoczy, Lysiane Tournier, Volodia Sidorov

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.