Bayrou parle de "catastrophe" en cas de victoire de Hollande

Le candidat MoDem à la présidentielle, François Bayrou, parle de "catastrophe" si le programme de François Hollande était appliqué, dans une interview à l'hebdomadaire "Marianne".

François Bayrou
François Bayrou (France 2)

Le candidat MoDem à la présidentielle, François Bayrou, parle de "catastrophe" si le programme de François Hollande était appliqué, dans une interview à l'hebdomadaire "Marianne".

"Si le programme de François Hollande était appliqué, la catastrophe arriverait. Comme j'ai prédit il y a cinq ans la catastrophe de Nicolas Sarkozy", avance François Bayrou, candidat du Modem, dans cette interview à Marianne.

"J'ai lu attentivement le programme du PS. A chaque ligne il y a des promesses de distribution. (...) Comme si on n'était pas un pays en situation critique ! Au fond, c'est le programme de 2007 à quelques nuances près", ajoute M. Bayrou.

Comme on lui demande si cette attaque en règle s'inscrit dans une stratégie plus droitière visant à accéder au second tour face à François Hollande, au détriment de Nicolas Sarkozy, François Bayrou répond : "j'ai fait des gestes ces dernières années à l'égard du PS, en croyant à son évolution (...). En réalité, le PS a renoncé à se transformer. J'ai proposé un dialogue, qu'il a refusé", explique M. Bayrou.

"Quant à Nicolas Sarkozy, j'ai mené contre lui des combats qu'aucun des hommes politiques français n'a menés", fait-il valoir.

Le "troisième homme" de la présidentielle de 2007, qui selon les actuels sondage est toujours placé à la quatrième place dans la course à l'Elysée, réaffirme à Marianne sa conviction qu'il est en mesure de remporter le scrutin de 2012.

"Avoir reconstitué un socle à 15% avant même d'être entré en campagne, c'est avoir rempli la première partie du contrat. A partir de là, nous allons livrer la bataille. Et, je crois, la gagner", dit-il, notant n'avoir "aucun doute qu'un vrai centre est en train de se reconstituer".

Jeudi soir, sur France 2, le premier ministre, François Fillon, avait affirmé que François Bayrou "pense la même chose que nous" sur la plus part des dossiers.