Paris : la capitale gangrénée par d'inquiétantes guerres de bandes

À Paris, les affrontements entre bandes rivales d'adolescents âgés de 13 à 17 ans se multiplient. Le bilan est inquiétant : une centaine de blessés et trois morts l'an passé, en plus d'un décès le 13 décembre dernier.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Ces derniers mois, les affrontements de groupes de jeunes de 13 à 17 ans se multiplient, pour un bilan qui s'alourdit. L'an passé, des centaines de blessés et trois morts ont été déplorés. Depuis le début de l'année, un lycéen est mort le 13 janvier dernier, alors qu'il n'était qu'en seconde.

Des motifs d'affrontement futiles

Ces bandes, qui portent souvent le nom de leur quartier, sont principalement concentrées dans le nord-est de Paris. Selon la police, 16 bandes séviraient dans la capitale, notamment à La Chapelle, Curial ou Bagnolet. Les policiers connaissent les jeunes, qui se battent souvent à proximité des établissements scolaires et se livrent parfois à de petits trafics, notamment des vols. Depuis huit ans, une brigade épluche toutes les affaires de rixes à Paris, en se servant notamment des contenus trouvés sur les réseaux sociaux.

Si les phénomènes de bandes remontent jusqu'aux blousons noirs des années 1950, les jeunes commencent désormais plus tôt et sont davantage imprévisibles. Les armes (couteaux, matraques, pistolets à impulsion électrique) sont de plus en plus dangereuses et les motifs d'affrontements parfois futiles (mauvais regard, rivalité amoureuse), certains affirmant même se battre "sans raison".

Le JT
Les autres sujets du JT
Des immeubles HLM en banlieue parisienne. (Photo d\'illustration)
Des immeubles HLM en banlieue parisienne. (Photo d'illustration) (MAXPPP)