Banlieues : pour Copé, il faut "casser des tours, mettre des caméras et défiscaliser" pour recruter localement

Maire les Républicains de Meaux, Jean-François Copé est l'invité des "4 Vérités" de France 2 mardi 22 mai. 

France 2

Emmanuel Macron annonce des mesures pour les quartiers difficiles mardi 22 mai. "Ce n'est pas un énième plan, c'est poursuivre ce qui a réussi. On ne parle jamais de ce qui a réussi dans les banlieues", lance Jean-François Copé dans "Les 4 Vérités" mardi matin.

"Et ce qui a réussi, développe l'élu les Républicains, c'est le fait de détruire des tours pour y construire à la place des immeubles de quatre étages, mettre de la sécurité avec policiers et caméras et faire une zone franche pour défiscaliser les entreprises qui embauchent les jeunes du quartier. Ce cocktail précis permet des résultats spectaculaires. Cela a été vu à Mantes-la-Jolie et Sartrouville (Yvelines) ou à Meaux (Seine-et-Marne)", dont il est le maire, où, "en dix ans, la délinquance a été diminuée par deux".

Copé soutient Borloo

L'entourage du président de la République serait prêt à enterrer une partie du plan Borloo : 19 mesures pour un coût de 48 milliards d'euros. "Ce serait très triste pour la France. L'approche de Borloo vient du terrain et donne aux élus le véritable pouvoir de décision", alerte Jean-François Copé, qui soutient ce plan pour les banlieues.

Jean-François Copé, le maire de Meaux (Seine-et-Marne), ici lors de son arrivée au siège du parti Les Républicains pour une réunion après le second tour de l\'élection présidentielle.
Jean-François Copé, le maire de Meaux (Seine-et-Marne), ici lors de son arrivée au siège du parti Les Républicains pour une réunion après le second tour de l'élection présidentielle. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)