Election présidentielle 2022 : Arnaud Montebourg veut bloquer les transferts d'argent privé vers les pays refusant de rapatrier les clandestins

Le candidat à la présidentielle Arnaud Montebourg était l'invité de l'émission "Le Grand Jury", dimanche. Sa proposition a été fustigée à gauche.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'ancien ministre PS de l'Economie et candidat de gauche à l'élection présidentielle 2022, Arnaud Montebourg, lors du sommet de la construction organisé par la Fédération française du bâtiment (FFB) à Paris, le 21 octobre 2021. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

"Je suis décidé à taper au portefeuille." Le candidat à la présidentielle Arnaud Montebourg a annoncé, dimanche 7 novembre dans l'émission "Le Grand Jury LCI/RTL/Le Figaro", vouloir bloquer les transferts d'argent privé vers les pays qui refusent de rapatrier leurs ressortissants visés par une mesure d'expulsion du territoire français. "Pourquoi on n'arrive pas à intégrer ? Vous avez aujourd'hui 100 000 mesures d'obligation pesant sur des personnes qui doivent quitter le territoire qu'on n'arrive pas à exécuter. Ces personnes sont là et sont d'ailleurs souvent des délinquants", a-t-il affirmé.

Par quels moyens ? "Il y a 11 milliards de transferts d'argent qui passent par Western Union sur l'ensemble des pays d'origine. Nous bloquons tous les transferts aussi longtemps qu'on n'a pas un accueil de coopération, a-t-il dit. Ces transferts d'argent privé sont une manne pour ces pays et nous avons besoin aujourd'hui de dire : ça suffit."

"Pour moi la privation des visas ne fonctionne pas."

Arnaud Montebourg

dans "Le Grand Jury LCI/RTL/ Le Figaro"

La France a récemment annoncé la réduction du nombre de visas accordés aux Algériens, Marocains et Tunisiens pour mettre la pression sur leurs gouvernements, jugés peu coopératifs sur la réadmission des Maghrébins expulsés de France.

"Arnaud, reviens à nous"

Cette proposition de l'ex-ministre socialiste a été très critiquée à gauche, certains l'accusant de reprendre des thèmes de l'extrême droite. "Ne passez pas sur ce terrain glauque", l'a exhorté le chef de file de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon, ajoutant sur Twitter : "La proposition commune Montebourg/Zemmour contre les transferts de salaires aux familles dans les pays d'origine augmentera les causes d'émigration. Cruel, injuste, stupide."

"Arnaud, reviens avec nous ! A gauche, en sortant du studio", a souligné l'écologiste Sandrine Rousseau.

Le polémiste Eric Zemmour a, lui, ironisé : "En panne d'idées, Montebourg a regardé en replay les vidéos de ma chaîne YouTube. Bravo Arnaud !". L'ex-ministre de l'Economie et du Redressement productif s'est également fait étriller sur les réseaux sociaux pour avoir déclaré que "Charles Aznavour et Zinédine, ce sont devenus des grands Français mais avant, ils ont été des immigrés". Problème, le premier est né à Paris et le deuxième, à Marseille. "Il y aura un bulletin Arnaud Montebourg en avril" à l'élection présidentielle, a enfin promis le candidat, alors que sa candidature est créditée entre 2 et 4% des intentions de voix.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Arnaud Montebourg

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.