Alain Juppé, candidat UMP favori des Français

Une nette majorité de Français (57% contre 32%) préférerait une candidature Juppé à une candidature Sarkozy pour défendre les couleurs de l'UMP à la présidentielle, selon un sondage BVA pour Le Nouvel Observateur.

Alain Juppé
Alain Juppé (AFP)

Une nette majorité de Français (57% contre 32%) préférerait une candidature Juppé à une candidature Sarkozy pour défendre les couleurs de l'UMP à la présidentielle, selon un sondage BVA pour Le Nouvel Observateur.

Le président sortant reste néanmoins le favori de 59% des sympathisants du parti actuellement majoritaire.

Selon cette enquête, Alain Juppé en revanche devance désormais Nicolas Sarkozy comme candidat préféré des sympathisants de toutes les composantes de la droite et du centre (du FN au Modem): 48% contre 46% (au lieu de 43% contre 46% dans une enquête identique de BVA au mois de mars).

Une progression "impressionnante" de Juppé selon BVA
Ce sondage, qui ne teste pas les hypothèses de candidature de François Fillon ou de Jean-François Copé, marque une progression d'Alain Juppé qualifiée d'"impressionnante" par BVA. En mars dernier, 48% des Français interrogés préféraient que le ministre des Affaires étrangères soit le candidat de l'UMP, contre 57% aujourd'hui.
En revanche, 59% des sympathisants UMP restent fidèles à une candidature Sarkozy, contre 36% qui souhaitent une candidature Juppé.

En termes d'image, Nicolas Sarkozy domine Alain Juppé pour ce qui est de la personnalité "ayant le plus d'autorité" (64% contre 29%). Mais l'ex-Premier ministre est jugé "plus rassurant" (63% contre 29%), "plus proche des gens" (54% contre 37%), "plus convaincant" (52% contre 41%), "plus rassembleur" (49% contre 42%).
Dans l'électorat UMP par contre, Nicolas Sarkozy l'emporte sur chacun de ces critères, sauf pour la personnalité "la plus rassurante", secteur dans lequel les deux hommes font jeu égal.

Sondage réalisé par téléphone les 30 septembre et 1er octobre auprès d'un échantillon représentatif de 1.009 personnes âgées de 15 ans et plus (méthode des quotas).