Usurpation d'identité : le combat des victimes

Près de 15 000 dossiers d'usurpations d'identité ont été traités ces douze derniers mois. Leur coût est astronomique : plusieurs milliards d'euros.

Chaque jour, au moment de relever le courrier, c'est la même appréhension : "C'est l'angoisse ! Est-ce que je ne vais pas avoir des amendes majorées, des lettres d'huissier, je ne sais pas", s'inquiète Céline. Depuis deux ans, elle est victime d'un double malveillant qui dans l'ombre usurpe son identité. Tout commence avec le cambriolage de son appartement. Six mois après le vol de ses papiers, tout bascule : "J'ai reçu un appel de ma banque. Et là, j'ai appris que j'étais fichée Banque de France, interdit bancaire", explique la jeune femme.

Une dette de 30 000 euros

En effet, en son nom, une usurpatrice a fait treize chèques en bois, contracté six crédits, acheté et loué des voitures, un scooter et cumulé une vingtaine de contraventions. Dette totale : près de 30 000 euros. L'escroc utilise la carte volée, fait de faux justificatifs, et imite sa signature. Et cela ne s'arrête pas là : la police découvre une fausse carte grise à son nom chez des trafiquants de drogue. Cette jeune femme sans histoires voit son destin basculer.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un homme découpe une carte d\'identité. (photo d\'illustration)
Un homme découpe une carte d'identité. (photo d'illustration) (MAXPPP)