Cet article date de plus de trois ans.

Affaire des écoutes téléphoniques : un procès requis contre Nicolas Sarkozy

Vendredi soir, le parquet national financier a demandé le renvoi de l’ex-chef d’Etat devant le tribunal correctionnel pour "corruption, trafic d’influence et recel de violation du secret professionnel."

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Nicolas Sarkozy lors d'un discours, le 20 novembre 2016 à Paris. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Le parquet national financier (PNF) demande vendredi 6 octobre le renvoi de l'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, devant un tribunal correctionnel dans l’affaire dite des "écoutes" pour "corruption, trafic d’influence et recel de violation du secret professionnel", a appris franceinfo par une source proche du dossier, confirmant une information du Parisien.

Les juges ont également réclamé le renvoi en correctionnelle de deux autres acteurs du dossier : l’avocat de Nicolas Sarkozy, maître Thierry Herzog et l’ex-premier avocat général auprès de la Cour de cassation, Gilbert Azibert. Selon la même source, ces réquisitions du parquet national financier remontent au 4 octobre et n’a pas encore été notifié aux différentes parties. Contacté par franceinfo, le parquet national financier n'a souhaité faire aucun commentaire.

Dans cette affaire, Nicolas Sarkozy a été mis en examen pour "corruption" et "trafic d'influence" en juillet 2014. Il est soupçonné, avec son avocat, Thierry Herzog, d’avoir tenté d’obtenir de Gilbert Azibert, alors magistrat à la Cour de cassation, des informations couvertes par le secret dans le cadre d’une procédure sur la saisie des agendas de l’ancien chef de l’Etat, en marge de l'enquête sur l'affaire Bettencourt (dans laquelle Nicolas Sarkozy a bénéficié d'un non-lieu en 2013). En échange de ses services, Nicolas Sarkozy lui aurait promis d'user de son influence pour lui obtenir une nomination à poste de prestige à Monaco.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.